•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Non, les cafés du Petit Maghreb ne sont pas interdits aux femmes

Une publication Facebook sur laquelle est écrit: « À Montréal, sur Jean-Talon, des Cafés refusent de servir des femmes. L’intégrisme islamique fait son nid, gorgée par gorgée. »
Une publication partagée plus de 2600 fois sur Facebook affirme que les cafés du Petit Maghreb à Montréal refusent de servir les femmes Photo: Capture d'écran - Facebook
Bouchra Ouatik

Une publication partagée des milliers de fois sur les réseaux sociaux affirme que les cafés du Petit Maghreb, à Montréal, sont interdits aux femmes. De nombreux internautes ont depuis publié des commentaires négatifs sur les pages de ces commerces et les menacent de représailles. Radio-Canada a vérifié que des femmes pouvaient y entrer sans problème, un constat corroboré par une chercheuse qui a étudié le quartier durant plusieurs années.

Le quartier surnommé le Petit Maghreb rassemble de nombreux commerces fréquentés par les communautés marocaine, algérienne et tunisienne de la métropole. Ce tronçon de la rue Jean-Talon, entre les boulevards Saint-Michel et Pie-IX, abrite une dizaine de cafés.

Des internautes affirment sur les réseaux sociaux que ces cafés « refusent de servir les femmes » et citent en exemple l’un d’entre eux, le Café Sable d’or. En réaction à ces publications, certains internautes menacent même de s’en prendre physiquement à ces commerces.

Les femmes présentes, mais peu nombreuses

Pour vérifier ces affirmations, je me suis rendue dans sept de ces cafés sans m’identifier comme journaliste, et j’y ai été servie sans problème. Bien que la grande majorité des clients étaient des hommes, quelques femmes y étaient présentes. Durant notre visite au Café Sable d’or, deux hommes étaient accompagnés chacun d’une fillette, et dans un autre établissement, le Chawaya resto-grill, une employée féminine travaillait au comptoir.

Ce constat ne surprend guère la chercheuse en études urbaines Bochra Manaï, qui a réalisé sa thèse de doctorat (Nouvelle fenêtre) sur le Petit Maghreb, en plus d’avoir écrit un livre sur le sujet.

Personnellement, en quasiment quatre ans de terrain, puis ensuite en trois-quatre ans de continuer à venir au Petit Maghreb, je n’ai jamais vécu quoi que ce soit de sexiste.

Bochra Manaï, chercheuse en études urbaines

Elle est toutefois consciente que d’autres femmes ont pu vivre des expériences négatives. « Je ne suis pas en train de dire que parce que je ne l’ai pas vécu, ça n’existe pas. Je sais que j’ai des amies qui passent par ici et qui se font siffler », dit-elle.

Selon Mme Manaï, les femmes peuvent hésiter à fréquenter des endroits où la clientèle est majoritairement masculine. Elle souligne que ce phénomène existe dans d’autres cafés montréalais, fréquentés notamment par les communautés italienne et grecque.

[Mais] je ne crois pas que cela veut dire que les femmes n’ont pas leur place.

Bochra Manaï, chercheuse en études urbaines

Mme Manaï note que les femmes fréquentent ces endroits différemment des hommes. « Ce que j’ai pu remarquer, c’est que les femmes ont une pratique beaucoup plus fluide de ces espaces-là », explique-t-elle. « Une femme va entrer, va acheter quelque chose de précis et va repartir. »

Durant ses recherches, elle a constaté que certains commerçants du Petit Maghreb tentent d’attirer une plus grande clientèle féminine. « J’avais même vu une fois un café, qui s’appelait le Café Méditerranée, qui avait mis une pancarte “ouvert aux dames”. »

Le Café Sable d’or surpris de ces commentaires

La plupart des commentaires qui circulent sur les réseaux sociaux ciblent le Café Sable d’or. Le fils du propriétaire se dit étonné de ces remarques puisqu’il assure qu’il y a quotidiennement des clientes féminines, notamment les employées des commerces voisins. « Les femmes qui travaillent là-bas viennent chaque matin, elles prennent leur café, elles repartent travailler, et c’est comme ça », affirme Sofiane Ghamri.

Tu entres à l’intérieur, tu prends un café, tu restes avec les gens, tu discutes et tu verras. C’est [très] différent de ce qu’ils disent.

Sofiane Ghamri, fils du propriétaire du Café Sable d’or

M. Ghamri concède que la clientèle des cafés du Petit Maghreb est surtout masculine. « Dans un café, je dirais qu’il y a plus d’hommes que de femmes parce que les hommes jouent ensemble aux dominos, ils jouent aux cartes, ils ont des discussions entre hommes », explique-t-il.

L'intérieur du Café Sable d'or sur la rue Jean-Talon-Est. On voit un homme au comptoir et deux hommes attablés.Le Café Sable D'Or sur la rue Jean-Talon-Est Photo : Radio-Canada / Bouchra Ouatik

D’où vient cette affirmation?

La publication la plus partagée affirmant que les cafés du Petit Maghreb refusent de servir les femmes a été écrite par un internaute du nom de Raymond Fleury. Questionné par Radio-Canada, celui-ci a répondu : « Je demeure à Lac-Etchemin, Bellechasse. Je ne suis jamais entré dans aucun de ces cafés. »

Il affirme que cette information lui vient en partie d'un dénommé Pascal Roussil. Ce dernier a écrit sur Facebook qu’« entre St-Michel et Pie IX, il y a une douzaine de cafés interdits aux femmes dont le plus important est le Café Sable D’or. (sic) » En entrevue avec Radio-Canada, M. Roussil explique avoir vécu dans le quartier durant une dizaine d’années. « Je n'ai aucune preuve, dit-il. La seule chose, c’est que pendant de nombreuses années, je n’ai jamais vu aucune femme. »

Je suis entré dans ces cafés-là pour faire le curieux, mais je n'ai jamais été un client. Donc, je suis rentré une minute, je suis rentré aux toilettes, et je suis ressorti. C’est le genre d’apparition que j’ai fait dans ces cafés-là. Mais je peux confirmer qu'il n’y avait aucune femme. C’est quand même bizarre.

Pascal Roussil

M. Roussil n’est toutefois plus certain de ce qu’il a avancé sur les réseaux sociaux. « J’ai comme reculé un petit peu, dit-il. Ce n'est pas parce qu’il n'y a pas de femmes qu’elles sont nécessairement interdites, mais ça ressemble à ça. »

Une autre internaute a affirmé sur les réseaux sociaux que cinq cafés avaient refusé de la servir, mais elle n’a pas répondu aux demandes d’entrevues de Radio-Canada.

Menaces et diffamation

Parmi les internautes qui partagent la rumeur, une dizaine ont publié des évaluations négatives du commerce sur les réseaux sociaux. Selon l’avocat Pierre-Luc Mélançon, ces internautes s’exposent à des poursuites en diffamation.

Des internautes publient des commentaires négatifs sur la page du Café Sable d'or, en affirmant qu'il refuserait les femmes.Agrandir l’imageDes internautes publient des commentaires négatifs sur la page du Café Sable D'Or, en affirmant qu'il refuserait les femmes. Photo : Capture d'écran - Google Reviews

En présumant que c’est faux, le commerçant serait probablement justifié d’envoyer des mises en demeure à ces gens-là pour leur demander de retirer les commentaires.

Me Pierre-Luc Mélançon, avocat

L’avocat constate que « l’embrigadement » – qui consiste à laisser massivement des commentaires négatifs en ligne sur un commerce – est une pratique de plus en plus répandue. « J’en ai vu des dossiers où il y a un client qui vit une réelle mauvaise expérience et que, de fil en aiguille, il en parle à tous ses amis, et du jour au lendemain, le commerce qui avait 4,5 étoiles tombe à 3,5 étoiles, parce qu’il y a 20-25 personnes qui se mettent à [écrire] des commentaires négatifs sans même avoir visité ce commerce-là. »

D’autres internautes vont plus loin et menacent d'attaquer les cafés en question.

Des internautes publient des menaces sur les réseaux sociaux visant les cafés du Petit Maghreb.Agrandir l’imageDes internautes publient des menaces sur les réseaux sociaux visant les cafés du Petit Maghreb. Photo : Capture d'écran - Facebook

Selon Me Mélançon, les auteurs de telles menaces s'exposent non seulement à des poursuites civiles, mais aussi à des poursuites criminelles.

Quand on menace quelqu’un, peu importe que ce soit sur Facebook ou sur Google, [...] on peut tomber dans une notion criminelle, si on fait des menaces qui sont de nature criminelle, donc de nature à faire craindre pour la santé et la sécurité de quelqu’un, ou encore pour la santé et la sécurité de sa propriété.

Me Pierre-Luc Mélançon, avocat

La chercheuse Bochra Manaï s’inquiète de voir de tels commentaires autour de ces commerces. « Je pense que la violence envers les musulmans, on a pu en voir des preuves au Québec. Il y a eu évidemment l’attentat de Sainte-Foy, mais on a déjà vu par exemple des commerçants se faire lancer une pierre sur la devanture », affirme-t-elle.

Une histoire semblable en France

En 2016, un reportage de la chaîne de télévision française France 2 avait rapporté que les femmes étaient considérées indésirables dans des bars de la communauté maghrébine de la ville de Sevran, en Seine–Saint-Denis, en banlieue parisienne.

Des reportages subséquents du journal Le Monde, de la radio France Bleu et du site Bondy Blog avaient démontré que des femmes fréquentaient régulièrement ces établissements. Un responsable de la chaîne de télévision France 2, Hervé Brusini, avait déclaré publiquement qu’il y avait eu un « bogue » avec ce reportage, sans toutefois se rétracter.

Avec la collaboration de Jeff Yates

Fausses nouvelles

Société