•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Procès Montsion : des témoins décrivent les événements avant la mort d'Abdirahman Abdi

Abdirahman Abdi

Abdirahman Abdi, 37 ans, est mort en juillet dernier.

Photo : Courtoisie de la famille

Laurie Trudel

Un client fidèle du café Bridgehead de la rue Wellington, à Ottawa, a assisté malgré lui aux événements qui ont précédé l'arrestation musclée d'Abdirahman Abdi le 24 juillet 2016. Alors qu'il prenait son café du dimanche matin, il aurait eu à intervenir physiquement pour interrompre deux agressions qui auraient été perpétrées par Abdi.

Grâce au témoignage de Michael Rowe, on en connaît maintenant davantage sur ce qui s'est produit au café Bridgehead de la rue Wellington, à Ottawa, le 24 juillet 2016, pour qu'un employé compose le 911.

Au procès du policier d’Ottawa Daniel Montsion, accusé d’homicide involontaire, d’agression armée et de voies de fait grave relativement à la mort d’Abdirahman Abdi, M. Rowe a raconté avec précision ce qui se serait passé ce jour-là. Le témoin de la Couronne ne se doutait pas que ces agressions au café allaient ultimement mener à la mort d’Abdirahman Abdi, le lendemain, à l’hôpital.

L’homme de 63 ans habite tout près du café Bridgehead de la rue Wellington. Retraité, Michael Rowe va fréquemment y chercher son café avec sa femme.

Il a raconté à l’avocat de la Couronne Philip Perlmutter que vers 9 h 30 le jour du drame, il était assis à une table près de la caisse, avec sa femme et sa belle-soeur, à discuter et à boire son café. Alors qu’il se dirigeait vers la caisse pour acheter un deuxième café pour sa femme, il a affirmé qu’une dame aux cheveux pâles, mi-quarantaine, venant de l’entrée Wellington, serait venue le voir et lui aurait dit en anglais : « Je viens d’être agressée sexuellement ».

Michael Rowe a avoué à la cour qu'il ne savait pas quoi dire à ce moment-là et qu'il est resté bouche bée.

Une femme coincée sous Abdi

Par la suite, le témoin a dit avoir entendu une commotion dans le restaurant et des voix s’élever. Le témoin a indiqué avoir vu Abdirahman Abdi penché au-dessus d’une femme qui était assise à une table, sur un banc. Il ne pouvait pas bien voir la victime ni l'entendre.

Deux hommes auraient supplié M. Abdi de s'enlever de là. Michael Rowe a décidé d’intervenir parce qu’il s’inquiétait pour la santé de la femme. Il aurait tenté de tirer sur le bras droit d’Abdirahman Abdi, sans succès. Selon le témoignage de M. Rowe, Abdirahman Abdi était très fort. C'est à ce moment que le témoin aurait utilisé son bras gauche pour le passer sous la gorge d’Abdi pour le tirer de toutes ses forces avec le poids de son corps.

À ce moment, Michael Rowe et Abdirahman Abdi seraient tombés par terre, en position assise, chacun de leur côté. Le témoin ne croit pas qu'Abdirahman Abdi se soit cogné la tête au sol à ce moment. Il se souvient, par contre, d'avoir lui-même frappé une chaise ou un meuble en tombant.

Pendant tout ce temps, Michael Rowe affirme qu’il aurait gardé ses yeux rivés sur M. Abdi, qui aurait tranquillement reculé jusqu’à la porte de la sortie.

Je lui parlais et il ne disait rien, aucune expression sur son visage. Il ne semblait pas fâché ni confus, juste neutre complètement.

Michael Rowe, témoin

Les clients du café auraient demandé à Abdirahman Abdi de partir, selon ce dont se souvient M. Rowe. Le témoin aurait demandé à M. Abdi de partir et lui aurait dit que la police était en route. Alors qu'Abdirahman Abdi se serait rendu à l’extérieur du café, il serait entré en collision avec un homme qui se promenait avec son chien.

Michael Rowe affirme que, lorsqu’Abdi s’est retrouvé à l’extérieur du café, le gérant du Bridgehead et des clients auraient discuté de l'idée de verrouiller la porte du café, compte tenu de l’incident qui venait de se passer. M. Rowe ne se souvient pas si la porte a effectivement été verrouillée.

Michael Rowe et Abdirahman Abdi se seraient ensuite regardés pendant environ 30 secondes, à travers la vitre. M. Rowe aurait calmement demandé à Abdi de partir, mais celui-ci l'aurait plutôt regardé, aurait fait un mouvement de poignée de main et lui aurait souri. Le témoin lui aurait dit : « Fuck you ».

Une deuxième femme agressée

Lorsque Michael Rowe est retourné à sa table, il aurait entendu à nouveau des clients du café se plaindre de M. Abdi, qui aurait de nouveau agrippé une femme. Le témoin serait sorti du café. Il se serait approché de M. Abdi, qui se trouvait près d’un porte-vélos orange, et lui aurait demandé pourquoi il agissait de la sorte. Abdi ne lui aurait pas répondu et l’aurait simplement fixé du regard.

M. Rowe a prétendu en cour qu’il y avait un bébé à l’arrière du vélo de la dame et qu’Abdirahman Abdi agrippait cette dernière par le bras en tentant de la tirer vers lui. Le témoin aurait décidé d'intervenir à nouveau. Il aurait poussé M. Abdi avec ses deux mains au niveau de sa poitrine vers le porte-vélos et ce dernier aurait lâché le bras de la dame.

Le témoin a affirmé à la cour que les événements se seraient terminés lorsqu'un inconnu lui aurait agrippé l'épaule et lui aurait demandé de retourner à l’intérieur. Les événements à l’intérieur et à l’extérieur du café se seraient déroulés très vite, en moins de quatre minutes, selon la version de Michael Rowe.

Un témoin appelle le 911 et discute brièvement avec Abdi avant sa fuite

Le Dr Darren Courtney, psychiatre dans un centre de dépendance et de santé mentale de Toronto, a témoigné à la barre jeudi après-midi. Il a été témoin des événements survenus à l'extérieur du Bridgehead le 24 juillet 2016, alors qu’Abdi agrippait une dame au porte-vélo. Le Dr Courtney a décidé d’appeler le 911 ce jour-là. La bande audio de l'appel a été présentée en cour, un moment difficile pour certaines personnes dans la salle, qui ont dû quitter momentanément alors qu'on entendait la voix d’Abdirahman Abdi.

Le Dr Courtney a expliqué à la cour que, lorsqu'il était au bout du fil avec les répartiteurs du 911 pour décrire la situation, Abdirahman Abdi aurait marché vers lui et lui aurait brièvement parlé. Il semblait calme, mais confus, selon lui.

Le témoin affirme lui avoir demandé son nom et se souvient que celui-ci lui a répondu Abdirahman. C’est d’ailleurs ce qu’on peut entendre sur la bande audio présentée en cour.

Le Dr Courtney raconte qu'il parlait encore avec la répartitrice du 911 et Abdi lorsqu'un policier est arrivé et a demandé à Abdirahman Abdi de placer ses mains sur la fenêtre d'un restaurant, ce qu'il aurait fait, selon lui.

Le policier en question, Dave Weir, selon les précédents témoignages au procès, aurait ensuite sorti ses menottes. À ce moment, Abdi aurait voulu prendre la fuite. Alors que celui-ci tentait de se sauver, l’agent Weir lui aurait donné un coup de pied derrière le genou et il serait tombé.

Abdi aurait ensuite couru sur la rue Wellington vers la rue Hilda, pourchassé par le policier. Le Dr Courtney les aurait perdus de vue à ce moment.

Ottawa-Gatineau

Procès et poursuites