•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alliances gai-hétéro : le NPD demande un projet de loi pour protéger les élèves

Un drapeau arc-en-ciel dans un pot de crayons
Le projet de loi sur les alliances gai-hétéro a été adopté en décembre 2017. Photo: iStock / Carlos Alberto Kunichek
Radio-Canada

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) de la Saskatchewan, Ryan Meili, s'est invité dans la campagne électorale albertaine en prenant position dans le débat sur les droits des élèves membres d'alliances gai-hétéro (AGH).

Le chef de l’opposition officielle a demandé au premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, de présenter un projet de loi qui aura pour effet de protéger les droits des élèves qui participent à une AGH.

Récemment en Alberta, le chef du Parti conservateur uni, Jason Kenney, a fait la promesse de remplacer la loi sur les alliances gai-hétéro qui ne permet pas aux écoles d’informer les parents que leur enfant est membre d’une AGH.

Selon Ryan Meili, une telle décision serait « arriérée ». Selon lui, le Parti saskatchewanais doit absolument faire en sorte qu’un élève soit en mesure de former un tel groupe ou d'en devenir membre. Le NPD affirme que la Saskatchewan est l’une des seules provinces au Canada qui n’a pas de loi pour protéger ces élèves.

Le chef du NPD de la Saskatchewan Ryan Meili Le chef du NPD de la Saskatchewan Ryan Meili craint que les Fransaskois connaissent une situation similaire à celle que vivent les Franco-Ontariens suite aux compressions du gouvernement Ford. Photo : Radio-Canada

De son côté, Scott Moe précise qu’il existe bel et bien une politique permettant les AGH dans les écoles et que la confidentialité des élèves était respectée.

Le ministre de l’Éducation de la Saskatchewan, Gord Wyant, rétorque que ladite politique donne de bons résultats et qu’il n'a reçu aucune plainte d’un étudiant s’étant vu refuser la formation d’une alliance.

Si quelqu’un désire déposer une plainte, il existe un outil en ligne pour les aider, indique Gord Wyant, qui est également vice-premier ministre de la province.

S’il y a un élève qui ne peut pas créer une AGH ou en faire partie, je ne sais pas comment je le saurais si personne ne nous l’a dit.

Gord Wyant, ministre de l'Éducation de la Saskatchewan

Harcèlement et commentaires négatifs

La coordonnatrice du Centre de la fierté de l’Université de Regina, Cat Haines, dit connaître des élèves victimes de harcèlement et de commentaires négatifs quant à leur genre et à leur identité sexuelle.

Selon Mme Haines, le Centre a rencontré des élèves qui avaient de la difficulté à créer une alliance gai-hétéro à cause du manque de soutien du personnel et de l’administration de l’école ainsi que des jeunes qui ne se sentaient pas à l'aise à l’idée que leurs parents pourraient être mis au courant de leur engagement dans une alliance.

Cat Haines a vanté les bienfaits des AGH pour ces jeunes.

Une AGH fournit un espace et une communauté sûrs où [ces élèves] peuvent se sentir soutenus en étant vraiment eux-mêmes.

Cat Haines, coordonnatrice du Centre de la fierté de l'Université de Regina
Avec les informations de La Presse canadienne

Saskatchewan

Politique provinciale