•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville d’Ottawa et les communautés de l’est ontarien se préparent au premier budget Ford

Un homme en complet rit, la bouche ouverte.

Le premier ministre ontarien, Doug Ford, à l'Assemblée législative

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Radio-Canada

Les attentes sont élevées à la Ville d'Ottawa et chez les élus municipaux de l'Est de l'Ontario : le gouvernement Ford présentera son tout premier budget jeudi.

Lors de la dernière séance du conseil municipal d’Ottawa, le mois dernier, les élus municipaux ont adopté un budget de 3,6 milliards de dollars bâti sur l’espoir de recevoir un chèque de 650 millions de dollars de Queen’s Park.

Or, si ce chèque est moins élevé que prévu, la Ville devra compenser le manque à gagner. J’espère que le gouvernement provincial respectera le fait que nous avons plusieurs ententes de répartition des coûts, notamment pour ce qui touche la santé publique et les ambulanciers paramédicaux, a dit le maire Jim Watson plus tôt cette semaine.

Jim Watson.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le maire d'Ottawa, Jim Watson.

Photo : Radio-Canada

Délégation des dépenses

Les similarités entre les gouvernements Harris et Ford, particulièrement en matière de réduction du déficit — qui se situe à 13,5 milliards actuellement —, inquiètent plusieurs villes.

Le magistrat n'aimerait pas revivre une nouvelle mouture de la saga de l’autoroute 174, quand le gouvernement progressiste-conservateur de Mike Harris avait délégué des dizaines de millions de dollars en dépenses à la Ville, dans les années 1990.

Le premier ministre de l'Ontario, Mike Harris, en mêlée de presse.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le premier ministre de l'Ontario, Mike Harris

Photo : Radio-Canada

D’ailleurs, les progressistes-conservateurs ont déjà montré ce dont ils étaient capables lorsqu’ils ont coupé le financement de certains centres d’injection supervisés, comme celui de la rue Clarence. La Ville d’Ottawa doit maintenant trouver 1,2 million de dollars par année pour maintenir ce centre.

Nous reconnaissons que le gouvernement a des défis financiers, mais pelleter le problème dans la cour des municipalités n’est pas la solution, a affirmé le maire Watson.

Il admet toutefois que le gouvernement, jusqu’à maintenant, a été assez bon pour nous. Le financement de la deuxième phase du train léger à hauteur de 1,2 milliard annoncé par Doug Ford en est un exemple, souligne-t-il.

Logement abordable

Le maire Watson admet avoir des appréhensions à l’égard des détails qui se trouveront dans le budget. Qu’est-ce que les mots voudront dire, quel impact ça aura sur nous? se demande-t-il.

Par exemple, la possibilité que le gouvernement provincial réduise les frais de développement — qui sont ajoutés au prix des maisons pour contribuer au financement des infrastructures comme les égouts et les routes — pourrait faire en sorte que la facture soit refilée aux contribuables.

Quand ces transferts sont réduits, les gouvernements de proximité doivent couper dans les services ou augmenter les taxes. Ce sont toutes de mauvaises options, selon l'Association des municipalités de l'Ontario (AMO).

Je crois que les gens comprennent que ce gouvernement a été élu pour réduire le déficit, a affirmé Pat Vanini, le directeur général de l'AMO. L'inquiétude, c'est que dans le passé, l'impôt foncier est devenu un moyen de financer la province.

Des petites municipalités anxieuses

Les petites communautés de l’Est de l'Ontario et du reste de la province sont anxieuses en ce qui a trait au financement qui leur sera accordé.

Le Fonds ontarien pour l’infrastructure communautaire (FOIC), qui vient en aide aux petites localités rurales, devrait s’établir à 300 millions de dollars en 2019. Les municipalités auront vraisemblablement un oeil sur l’engagement des progressistes-conservateurs à l’égard de ce fonds.

Le Fonds de partenariat avec les municipalités de l'Ontario (FPMO) sera aussi une source d’appréhension. Le Fonds assiste 389 des 444 municipalités ontariennes aux prises avec des défis financiers plus importants.

Le gouvernement progressiste-conservateur s’est engagé à verser les 505 millions prévus pour cette année, mais a signalé que le programme faisait l’objet d’une réévaluation.

Avec les informations de Joanne Chianello

Ottawa-Gatineau

Politique provinciale