•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'extrême droite préoccupe de plus en plus le Service canadien du renseignement

Photo d'un panneau du Service canadien du renseignement de sécurité

La menace posée par l'extrémisme violent et le suprémacisme blanc au Canada est une priorité, dit le SCRS.

Photo : La Presse canadienne

CBC

Le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) est de plus en plus préoccupé par « le nombre d'activistes d'extrême droite et de suprémacistes blancs » actifs au pays, a indiqué mercredi le directeur de l'agence, David Vigneault.

Lors d'une audition devant le comité de la sécurité nationale et de la défense du Sénat, M. Vigneault a assuré que la menace posée par l'extrémisme violent et le suprémacisme blanc était une priorité pour le SCRS.

« Nous voyons des gens utiliser les méthodes des terroristes pour causer des préjudices, et je me réfère ici à l'attaque perpétrée à Toronto par quelqu'un invoquant la philosophie des incels (célibataires involontaires) », a déclaré David Vigneault, faisant référence au cas d'Alek Minassian.

Cet homme de 26 ans fait face à 10 chefs de meurtre au premier degré et à 16 chefs de tentative de meurtre pour avoir foncé dans les passants de la rue Yonge, à Toronto, avec une fourgonnette. Minassian se réclamait du mouvement des incels, une idéologie misogyne.

« Ce qui était frappant, c'est que d'une part, il avait cette philosophie – la personne voulait faire du mal et faire peur à la population –, mais d'autre part il a eu recours à une technique développée par les terroristes », a expliqué M. Vigneault.

Si la principale menace aux yeux du SCRS est l'extrémisme violent, M. Vigneault a précisé que ce dernier pouvait aussi être lié à des convictions religieuses.

« Traditionnellement, au cours des dernières années, nous avons assisté à cette forme d'extrémisme qui conduit à la violence en invoquant la religion, l'islam », a-t-il expliqué.

Par ailleurs, le chef du SCRS a indiqué qu'une autre préoccupation croissante était la perspective d'ingérence étrangère dans les prochaines élections fédérales.

« Toutes ces menaces sont sous-tendues par des progrès très importants de la technologie. Les personnes mal intentionnées utilisent les technologies, les communications et le cryptage pour dissimuler leurs activités », a-t-il indiqué.

Le suprémacisme blanc n'est pas une menace, selon un sénateur conservateur

La veille, la question du suprémacisme blanc en tant que menace à la sécurité avait été soulevée lors d'une autre audience d'un comité du Sénat.

La ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland avait déclaré au sénateur conservateur Leo Housakos qu'elle était convaincue que le suprémacisme blanc menaçait la démocratie libérale.

« Vous avez dit que le suprémacisme blanc était l'un des agents qui, selon vous, présentaient le plus grand risque pour nos démocraties occidentales, et avec tout le respect que je vous dois, Madame la ministre, je pense que cela va à l'encontre de la réalité des deux dernières décennies », a rétorqué M. Housakos.

Le sénateur Housakos s’est dit troublé de voir un politicien du pays croire que cette forme d'extrême droite « menace notre mode de vie au Canada, nos communautés et notre démocratie ».

Mme Freeland a répliqué qu'elle était « absolument » convaincue que les activités qui y sont liées constituent un danger pour les Canadiens. Mais « le terrorisme extrémiste islamique est et reste une grande menace », a ajouté la ministre Freeland.

Le lendemain, le sénateur Housakos a commenté sur Twitter : « Il ne s'agit que d'une autre tentative de votre part et de la part de votre gouvernement de diviser davantage les Canadiens et de nous opposer les uns contre les autres, le tout dans votre intérêt politique. Et c'est dégoûtant. »

Interrogé sur les propos de Leo Housakos, le chef du Parti conservateur, Andrew Scheer, a déclaré qu'il avait parlé au sénateur et qu'il avait clarifié ses propos.

« Je dénonce à 100 % tous ceux qui défendent une idéologie raciste et le nationalisme blanc ou tout type d'extrémisme. Je crois que c'est une menace au Canada », a-t-il déclaré à la presse.

« Il est pathétique et dégoûtant que les libéraux exacerbent ces menaces de diviser les Canadiens et de marquer des points à bas prix », a-t-il toutefois ajouté.

Pour sa part, le premier ministre Justin Trudeau a affirmé qu'il était temps que toutes les parties dénoncent la haine.

Avec les informations de Catharine Tunney, de CBC News

Politique fédérale

Politique