•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La sécurité des centres de trampoline fait l’objet d’une consultation publique

Un cône et un ruban de sécurité installé sur un trampoline.

En août dernier, un enfant de trois ans avait glissé entre les ressorts de ce trampoline de Richmond.

Photo : Jamie McHardy

Radio-Canada

En Colombie-Britannique, les aires de jeux qui disposent de trampolines édictent leurs propres règles de sécurité, mais après plusieurs accidents, le gouvernement provincial demande à un organisme indépendant de recueillir l'avis du public sur une éventuelle réglementation.

L’organisme Technical Safety BC explique, dans le document de présentation de la consultation publique, que les centres de trampoline ne tombent pas sous le coup de la loi provinciale sur les normes de sécurité, contrairement aux parcs aquatiques, aux tyroliennes et aux parcs d’attractions.

Cela inquiète certains parents comme Jen Arbo, une habitante de New Westminster, qui a cessé d’y emmener son fils de 10 ans après la mort d’un homme de 46 ans, l'an dernier, dans un centre de trampoline de Richmond.

Elle veut avoir l’assurance que le personnel est formé à l’utilisation des équipements et aux premiers secours.

Dimanche dernier, un enfant de quatre ans s'est fracturé le crâne après avoir chuté d’un matelas à l’Extreme Air Park de Langley. La direction a expliqué que l’enfant avait escaladé l’objet qui faisait office de barrière, malgré l'interdiction inscrite dans le réglement intérieur de l'établissement.

Le docteur Ian Pike, médecin à l’hôpital pour enfants de Vancouver, note que le nombre de blessures liées aux trampolines chez les enfants ne cesse d’augmenter depuis 2012, ce qui coïncide, selon lui, avec l’ouverture de centres de trampoline.

Il pense que les centres de trampoline devraient adopter le même type de réglementation que les piscines avec des surveillants comparables à des maîtres-nageurs.

Ailleurs sur le web :

La consultation est ouverte jusqu’au 17 avril sur le site internet de Technical Safety BC (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Avec les informations de Lien Yeung.

Colombie-Britannique et Yukon

Prévention et sécurité