•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'accès à une alimentation saine n'est pas toujours facile en Saskatchewan

Des boîtes remplies de denrées sont entassées dans un long couloir à la banque alimentaire et le centre d'apprentissage de Saskatoon.

En moyenne, 17 000 personnes vont à la banque alimentaire de Saskatoon chaque mois.

Photo : Radio-Canada / Grégory Wilson

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Alors que le nouveau Guide alimentaire canadien met l'accent sur les fruits et légumes, l'accès à une alimentation saine et riche demeure difficile en Saskatchewan, selon la banque alimentaire de Saskatoon.

C’est en effet ce que pense Deborah Hamp, la directrice des opérations et de l'engagement de la Banque alimentaire et centre d’apprentissage de la ville.

Deborah Hamp écoute une question du reporter devant des boîtes remplies de denrées alimentaires.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Deborah Hamp est la directrice des opérations et de l’engagement de la banque alimentaire et du centre d’apprentissage de Saskatoon. Elle considère que le gouvernement ne fait pas assez pour aider les Saskatchewanais les plus démunis à se permettre une saine alimentation.

Photo : Radio-Canada / Grégory Wilson

Bien des gens n’ont pas accès à des aliments frais et santé, des fruits et des légumes, parce que les distances sont trop importantes pour marcher.

Une citation de : Deborah Hamp, banque alimentaire de Saskatoon

Les Saskatchewanais qui vivent loin des épiceries doivent se contenter des établissements dans leurs quartiers, dit-elle, même s’ils coûtent plus cher et offrent des produits moins frais et sains.

Selon Deborah Hamp, le gouvernement provincial ne fait pas grand-chose pour combattre les déserts alimentaires et la pauvreté, ce qui a un effet direct sur l'alimentation saine de la population. Elle demande, entre autres, davantage d’investissements dans des programmes de petite enfance et une augmentation du salaire minimum et des taux d’aide sociale.

Jardins communautaires

En attendant, Deborah Hamp affirme que la solution réside dans les jardins communautaires : « L’une des façons pour que l’on puisse garantir une communauté où règne la sécurité alimentaire est de revenir à nos racines saskatchewanaises, c’est-à-dire d’examiner la question du point de vue d’un développement communautaire. »

Elle souligne que plusieurs organismes, dont le sien, travaillent déjà dans ce sens pour offrir des aliments sains aux gens de Saskatoon.

C’est une façon qu’on a de se serrer les coudes dans notre communauté, de préparer notre nourriture, de cultiver nos aliments, et vraiment de voir ce qu'on peut faire pour nos amis et nos voisins afin de se soutenir les uns les autres.

Une citation de : Deborah Hamp, banque alimentaire de Saskatoon

La Banque alimentaire et centre d’apprentissage de Saskatoon accueille en moyenne 17 000 personnes par mois, dont 42 % sont des enfants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !