•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les élèves non vaccinés devraient-ils être suspendus de l’école ?

Un jeune garçon se fait vacciner.
Une preuve d'immunisation est exigée pour tous les élèves du Nouveau-Brunswick, à moins d'une exception pour des raisons morales ou religieuses. Photo: getty images/istockphoto / hayatikayhan
Catherine Allard

Les élèves du Nouveau-Brunswick qui n'ont pas reçu tous leurs vaccins pourraient éventuellement être suspendus de leur école. Le ministre de l'Éducation, Dominic Cardy, a l'intention de resserrer les règles sur l'immunisation des élèves et il n'exclut pas la possibilité d'appliquer cette mesure sévère, mais prévue dans les politiques publiques.

Un élève sur quatre commence la maternelle sans que ses parents ne fournissent une preuve complète de vaccination au Nouveau-Brunswick, selon le ministère de la Santé. Il s'agit pourtant d’un critère obligatoire et le ministre de l’Éducation, Dominic Cardy, compte bien serrer la vis.

Les enfants qui n’ont pas un dossier d’immunisation complet peuvent tout de même avoir reçu des vaccins. Cette catégorie recouvre à la fois les dossiers incomplets (21,6 % des élèves) et les enfants qui ne sont pas vaccinés pour des raisons morales ou religieuses (2 %).

Une politique du ministère de l’Éducation permet aussi aux districts scolaires d’exclure des enfants de l’école dans l'éventualité où une maladie pouvant être prévenue par un vaccin apparaît chez eux.

Pourtant, cette politique n’est pratiquement jamais appliquée, même lorsque des cas de coqueluche sont signalés dans les écoles, comme ce fut le cas à au moins six reprises ces dernières semaines.

La politique dit que si une maladie arrive dans une école, on va exclure les élèves qui ne sont pas vaccinés. Et on va [appliquer] la Loi exactement comme c’est écrit.

Dominic Cardy, ministre de l'Éducation du Nouveau-Brunswick

Que dit la loi?

Au Nouveau-Brunswick, la Loi sur l’éducation prévoit que l’admission d’un élève à l’école peut être refusée si les parents ne fournissent pas une preuve de leur immunisation.

Tous les élèves doivent donc fournir une preuve qu’ils ont reçu leurs vaccins. Deux exceptions s'appliquent :

  • si un médecin fournit une exemption médicale;
  • si les parents signent une déclaration décrivant les entraves de la vaccination à leur liberté de conscience et de religion.
Le ministre de l'Éducation Dominic Cardy lors d'un point de presseLe ministre de l'Éducation Dominic Cardy demande aux parents d'élèves de les faire vacciner. Photo : Radio-Canada

Le ministre affirme qu’il évalue la possibilité de renforcer les règles en vigueur dans la province. Il dit en avoir déjà discuté avec la médecin-hygiéniste en chef, Jennifer Russell.

Six cas de coqueluche

Au moins six cas de coqueluche ont été signalés dans des écoles du Nouveau-Brunswick en un mois.

Dans la dernière semaine, trois cas ont été signalés dans des écoles anglophones de la région de Fredericton, soit les écoles Park Street, Gibson Neiil et Nashwaaksis.

En mars, des cas ont été signalés à l’école Mathieu-Martin de Dieppe et à l'école Moncton High.

Aucun élève renvoyé à la maison

Le District scolaire francophone Sud et le District scolaire francophone Nord-Est confirment qu’ils n’ont pas suspendu les élèves qui n’avaient pas fourni les preuves d’immunisation nécessaires lors de la dernière rentrée scolaire.

La porte-parole du District scolaire francophone Nord-Est, Annie LeBlanc-Levesque, explique qu'on nous demande de faire un effort raisonnable auprès des parents afin qu’ils fournissent les preuves demandées, mais qu’aucun élève n’a subi de conséquences lorsque le règlement n’était pas respecté.

Dans le District scolaire francophone Sud, des avis ont été envoyés à certains parents pour leur indiquer que leur enfant devra être exclu de l’école si aucune preuve de vaccination ou formulaire d'exemption n’est envoyé.

Aucun enfant n’a cependant été exclu de l’école, précise la porte-parole du district scolaire, Ghislaine Arsenault.

Une personne remplit une seringue à partir d'une fiole.Neuf vaccins sont obligatoires pour fréquenter une école publique au Nouveau-Brunswick, dont celui contre la coqueluche. Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

En mars, deux cas de coqueluche ont été signalés à l’école Mathieu-Martin de Dieppe, mais aucun élève non vacciné n’a été exclu de l’école. Sur recommandation du médecin, et tel qu’il est prévu par la Santé publique, les deux personnes atteintes sont demeurées à la maison quelques jours, le temps de se rétablir et d’éviter la contagion, explique Ghislaine Arsenault.

Le District scolaire francophone Nord-Ouest a refusé de répondre aux questions de Radio-Canada et suggère de faire une demande en vertu de la Loi sur l'accès à l'information.

Le ministre Dominic Cardy affirme que des fonctionnaires du ministère de l’Éducation communiqueront avec les responsables des différents districts scolaires au cours des prochains jours pour leur rappeler l’importance de respecter ces règles.

Des centaines d'élèves suspendus en Ontario

Le Nouveau-Brunswick et l’Ontario sont les seules provinces canadiennes où l'immunisation des élèves est obligatoire pour fréquenter l’école.

En janvier, plus de 500 élèves de la région d’Ottawa ont été suspendus parce que leur carnet de vaccination n'avait pas été mis à jour. Ils devaient prouver qu'ils avaient reçu les vaccins demandés en Ontario. Les autorités scolaires ontariennes avaient pris des mesures similaires en 2016.

Le ministre néo-brunswickois Dominic Cardy ne croit pas qu’il devra prendre de telles mesures. Il espère qu’une révision du dossier de vaccinations de chaque élève permettra d’obtenir un meilleur portrait de la situation.

La province est en train de créer une base de données sur qui a été vacciné et pourquoi, ça va être complété dans les prochains mois et ce sera plus facile pour les écoles de voir le statut des jeunes et après on peut regarder si on a un vrai problème, j’espère que non, dit-il.

Les élèves du Nouveau-Brunswick doivent être vaccinés contre :

  • la diphtérie;
  • le tétanos;
  • la polio;
  • la coqueluche;
  • la rougeole;
  • les oreillons;
  • la rubéole;
  • la varicelle;
  • la méningococcie.

Avec des informations de Camille Bourdeau.

Nouveau-Brunswick

Vaccination