•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Carte montrant la position des villes de Timmins, Nakina et Thunder Bay en relation avec la région du Cercle de feu.

Le Cercle de fer, situé à environ 540 km au nord de Thunder Bay, est un gisement minier prometteur. D’importants investissements en infrastructure seront nécessaires avant de pouvoir l’exploiter.

Photo : Radio-Canada

Mathieu Grégoire

Le gouvernement de Doug Ford profitera-t-il de son premier budget, qui sera déposé cet après-midi, pour remplir certaines promesses électorales à l'égard des électeurs du Nord de l'Ontario? Portrait de 2 enjeux qui suscitent de grandes attentes.

Le Cercle de feu

Les progressistes-conservateurs de Doug Ford se sont engagé fermement, durant la campagne électorale, à faire progresser l’important projet de développement minier dans le Grand Nord de l’Ontario. Onze mois plus tard, le nouveau gouvernement ontarien n’a pas encore annoncé de mesures concrètes pour y arriver.

Malgré son optimisme relativement aux éventuelles retombées économiques du site minier, le président de l’Association française des municipalités de l’Ontario (l'AFMO) croit que le gouvernement doit être prudent. Roger Sigouin estime qu’il serait encore prématuré pour la province d’inclure dans son budget des investissements pour des infrastructures routières vers le site, par exemple.

M. Sigouin pense qu’on ne connaît pas encore suffisamment les impacts environnementaux d’un éventuel site minier et d’une route qui y mènerait.

Je pense que le gouvernement n’a pas fait toutes les recherches qu’il fallait ou elles ont été faites par des groupes d’intérêt et non pas les bonnes personnes.

Roger Sigouin, maire de Hearst et président de l'Association française des municipalités de l'Ontario
Le maire de Hearst Roger Sigouin qui participe à un sommet. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le maire Roger Sigouin est un fervent défenseur du train de passagers alors que Hearst a perdu le Northlander et la liaison la reliant à Sault-Sainte-Marie.

Photo : Radio-Canada / Justine Cohendet

Le maire de Sioux Lookout croit pour sa part qu’il est temps que la province amorce la construction d’un lien routier vers le Cercle de feu. Doug Lawrance est l’un des leaders du regroupement East-West Ring of Fire Road Coalition qui militent dans ce sens.

Il n’est jamais trop tôt pour investir dans une bonne planification. Lorsqu’on a un projet d’envergure provinciale aussi important que le Cercle de feu, il faut y trouver de la place dans le budget.

Doug Lawrance, maire de Sioux Lookout

Partage des revenus

Roger Sigouin, de l’AFMO, soutient que les municipalités et les Premières Nations de la région ne savent pas encore comment elles pourront profiter concrètement d’une éventuelle exploitation du gisement minier. Il est important à ses yeux de s’y attarder avant de se lancer dans la construction de quoi que ce soit.

La priorité pour commencer est de voir qu’est-ce que les Premières Nations vont avoir, qu’est-ce que les communautés vont avoir à travers les retombées économiques de ça.

Roger Sigouin, maire de Hearst et président de l'Association française des municipalités de l'Ontario

Le Nouveau Parti démocratique déplorait plus tôt cet automne que les négociations entre le gouvernement de l'Ontario et neuf Premières Nations pour le développement du Cercle de feu faisaient du surplace.

De nouveaux modèles de partage des recettes provenant de l'exploitation des ressources naturelles sont toutefois en développement. C’est ce qu’affirmait en février le ministre de l'Énergie, du Développement du Nord et des Mines et des Affaires autochtones.

Greg Rickford indiquait que la province cherche à ce que les municipalités et les communautés autochtones non incluses dans les ententes actuelles, puissent tirer profit des ressources.


Le retour promis du Northlander

Le Northlander en 1977, lorsque les voyages de jour ont commencéAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le Northlander en 1977, lorsque les voyages de jour ont commencé.

Photo : CTON

Les conservateurs ont donné pour le moment très peu de signes laissant présager un éventuel retour d’un train passager reliant la métropole aux communautés nord-ontariennes aux abords de la route 11.

Doug Ford avait pourtant promis clairement un retour du train Northlander devant une foule de partisans réunis à North Bay durant la campagne électorale le printemps dernier.

Le député de Nipissing, Vic Fedeli, aujourd’hui ministre des Finances, avait même précisé que le plan conservateur prévoyait 30 millions de dollars pour l’achat de wagons et 15 millions de dollars en subventions annuelles. Ce qui permettrait ainsi, selon lui, à la Commission de transport Ontario Northland de rétablir la liaison.

Un groupe qui militait pour le retour du Northlander avait entamé la préparation d’un plan pour démontrer la faisabilité d’un tel service.

En voiture le Nord de l'Ontario espérait que le gouvernement Ford s'inspire de son étude pour mettre en oeuvre sa promesse électorale.Mais faute de financement, le groupe a dû mettre fin à son projet et s’est même dissous.

Le fondateur d’En voiture le Nord de l’Ontario nous a indiqué avoir peu d’espoir de voir dans le budget d’aujourd’hui un investissement pour le retour du train passager dans le Nord-Est.

Le gouvernement Ford déposera son budget à 16h.

Nord de l'Ontario

Politique provinciale