•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fredericton coupe près de 9 millions de dollars en sciences infirmières dans deux universités

Deux étudiantes en science infirmières dans une classe de l'Université de Moncton

Le gouvernement supprime le financement des places supplémentaires en sciences infirmières à l'Université de Moncton et à UNB.

Photo : Radio-Canada

Michel Corriveau

Le ministre de l'Éducation post-secondaire, Trevor Holder, estime que le financement de places supplémentaires en sciences infirmières n'apporte pas les résultats escomptés. Selon lui, le faible nombre d'inscriptions justifie l'élimination du financement.

Depuis 2005-2006, le gouvernement du Nouveau-Brunswick versait des fonds à l'Université de Moncton et à l'Université du Nouveau-Brunswick pour offrir des places supplémentaires aux étudiants en sciences infirmières.

Selon le ministre Trevor Holder, malgré la pénurie d’infirmières dans la province, ces places supplémentaires ne sont pas comblées.

Nous avons des places qui ne sont pas comblées, et pourtant nous avons une pénurie, alors il nous faut éliminer ce programme.

Trevor Holder, ministre de l’Éducation post-secondaire, de la Formation et du Travail

Le ministre rappelle d’ailleurs que le gouvernement progressiste-conservateur compte présenter une stratégie de recrutement d’infirmières, en collaboration avec l’Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, les universités et le ministère de la Santé. Le gouvernement a prévu 2,4 millions de dollars pour mener à bien cet exercice.

Le ministre Holder s'adresse à la presse.

Le ministre de l'Éducation post-secondaire, de la formation et du travail, Trevor Holder

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Dépenser de l’argent dans un programme qui ne permet pas de combler les places, et qui ne permet pas d’obtenir les infirmières au système n’est pas rentable.

Trevor Holder, ministre de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail

Au total, le programme offrait du financement pour 95 places en sciences infirmières, dont 38 à l’Université de Moncton et 57 à l'Université du Nouveau-Brunswick. L’élimination de ce programme permettra au gouvernement d’économiser 8,7 millions de dollars.

Il s’agit d’une économie pour le gouvernement, maintenant, et nous utiliserons d’autres ressources gouvernementales pour développer une stratégie de recrutement, assure Trevor Holder.

L'Université de Moncton, UNB réagissent

Dans une déclaraton conjointe, l'Université de Moncton et UNB souhaitent remettre les pendules à l'heure. Elles précisent que les 8,7 millions de dollars du gouvernement servaient en bonne partie, en fait, à soutenir la formation clinique des étudiants en science infirmière. « Un commentaire récent du ministre de l'Édication postsecondaire, de la Formation et du Travail, selon lequel les ententes servaient seulement à financer des places supplémentaires pour les étudiantes et étudiants des deux établissements, est incorrect », lancent-elles.

Un deuxième volet du financement devait effectivement servir à recruter et à former davantage d'étudiants, reconnaissent-elles toutefois.

Les objectifs de recrutement d'étudiants n'ont pas été atteints pour diverses raisons, selon les deux institutions, qui se disent d'accord avec les commentaires du ministre Holder sur la nécessité d'une stratégie de recrutement et de rétention d'infirmières et d'infirmiers dans la province.

Nous croyons également qu'une partie de la solution doit passer par un financement adéquat qui permet l'offre d'une formation universitaire de qualité pour les Néo-Brunswickoises et Néo-Brunswickois.

Communiqué conjoint, Univrsité de Moncton, Université du Nouveau-Brunswick

Le gouvernement empoche les économies

Les montants économisés ne seront pas réinvestis en éducation postsecondaire, où le gouvernement a déjà annoncé une réduction des bourses pour les étudiants de famille défavorisée.

Le ministre Holder a aussi annoncé l’abolition de l’aide offerte pour avoir terminé ses études dans le délai prescrit, ce qui se traduira par une économie de 3,3 millions de dollars.

Le député Arseneault répond aux questions des journalistes.

Le député de Campbellton-Dalhousie, Guy Arseneault

Photo : Radio-Canada

L’opposition libérale aurait souhaité que les fonds économisés soient réinvestis en éducation postsecondaire, entre autres pour financer le programme de bourses.

Quand il est question de la stratégie de recrutement, qu’arrivera-t-il? Il n’y aura pas d’argent pour la mettre en oeuvre? Habituellement, une stratégie vient avec sa mise en oeuvre.

Guy Arseneault, député libéral de Campbellton-Dalhousie

Le ministre Trevor Holder n’a pas précisé quand la stratégie de recrutement d’infirmières sera prête, mais il assure que cela devra se faire rapidement.

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale