•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Victoria veut rendre l’achat de billets de spectacle plus juste pour les consommateurs

Des billets de spectacles.

Si la loi est adoptée, les compagnies comme Ticketmaster seront contraintes de fournir davantage d’information aux consommateurs, comme la valeur originale du billet et une liste détaillée des frais supplémentaires.

Photo : La Presse canadienne / Paul Sakuma/AP

Radio-Canada

Un projet de loi visant à empêcher l'utilisation de logiciels automatisés d'achats massifs de billets de spectacle et de manifestations sportives a été déposé par le gouvernement de la Colombie-Britannique. L'objectif est de freiner ceux qui revendent les billets en gonflant les prix.

« En ce moment, le plus grand problème pour les consommateurs, c’est que nous essayons d’acheter des billets, nous sommes prêts dès que la vente débute, et 30 secondes plus tard, ils sont tous vendus », affirme l’expert en technologie Graham Williams. Selon lui, l’utilisation de robots et de logiciels en est en grande partie responsable.

Si la loi est adoptée, les compagnies comme Ticketmaster et StubHub seront contraintes de fournir davantage d’informations aux consommateurs, notamment la valeur originale du billet et une liste détaillée des frais supplémentaires.

« Nous voulons nous assurer que tout le monde a la chance d’obtenir des billets à un prix juste », explique le solliciteur général de la Colombie-Britannique, Mike Farnworth.

Manque de transparence sur le marché

Kingsley Bailey, un revendeur de billets de Vancouver, est heureux que des mesures soient mises en place pour freiner les pratiques injustes, mais il juge que le projet de loi de Victoria n’est pas suffisant.

D’après lui, ce sont les compagnies qui vendent les billets en premier lieu qui sont à l’origine du problème. Il ajoute que ces entreprises ne sont pas assez transparentes en ce qui concerne le nombre de billets qui ne sont pas accessibles au grand public et qui sont réservés à leurs membres.

« Ils manipulent le marché, dit-il. S’il y avait plus de transparence sur le marché, tout rentrerait dans l’ordre. »

Le ministre Farnworth explique que le nouveau projet de loi ne s’attaque pas au problème évoqué par M. Bailey parce que le nombre de billets retenus, donc ceux qui ne sont pas accessibles à la vente au grand public, peut dépendre du type de manifestations et de la salle, et non du vendeur lui-même, comme Ticketmaster.

Avec des informations de Tanya Fletcher

Colombie-Britannique et Yukon

Politique provinciale