•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montréal offre une retraite paisible aux chevaux de calèche

Une calèche devant l'hôtel de ville de Montréal

Les calèches seront retirées des rues de Montréal à la fin de l'année.

Photo : Radio-Canada / Romain Schué

La Presse canadienne

L'administration municipale de Montréal annonce un programme visant à assurer que les chevaux de calèche soient envoyés pour adoption plutôt qu'à l'abattoir à la fin de cette activité, le 31 décembre prochain.

La Ville offre d'acheter les chevaux 1000 $ chacun et de les confier à la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de Montréal. La SPCA travaillera ensuite avec l'Association québécoise de protection des chevaux (Galahad) en vue de confier les retraités à des refuges ou à des familles adoptives.

Le conseiller municipal Sterling Downey, qui défend depuis longtemps les chevaux de calèche, affirme que le programme volontaire garantira aux propriétaires de chevaux d'autres options que celle, douloureuse, d'envoyer leurs bêtes à l'abattoir lorsque les calèches seront retirées des rues de Montréal à la fin de l'année.

Le conseiller Downey a indiqué que la Ville travaillerait également avec les cochers pour les aider à se trouver un nouvel emploi.

Après plusieurs accidents et incidents concernant des chevaux, l'administration de la mairesse Valérie Plante, de Projet Montréal, a annoncé l'année dernière que les calèches seraient interdites dans les rues de la métropole d'ici 2020.

Actuellement, 47 cochers travaillent au sein de cette industrie essentiellement touristique avec environ 50 chevaux.

« À l'approche de l'entrée en vigueur du règlement, nous voulons offrir de l'aide et de l'accompagnement aux propriétaires et exploitants de calèches dans l'application de ce programme », a de son côté expliqué le responsable de ce dossier au comité exécutif, Jean-François Parenteau.

« Nos mesures et notre collaboration avec la SPCA de Montréal nous permettront d'assurer le bien-être des animaux, mais également d'accompagner les cochers qui souhaiteraient de l'aide pour réintégrer le marché du travail. »

Protéger les chevaux

La Ville de Montréal organisera une séance d'information pour les cochers, en collaboration avec Emploi Québec et le gouvernement fédéral, « pour les informer sur les démarches de réintégration du marché du travail et les accompagner dans leur transition vers un nouvel emploi ».

La directrice de la défense des animaux à la SPCA de Montréal, Sophie Gaillard, a rappelé quant à elle que l'organisme avait justement été fondé en 1869 pour améliorer les conditions de vie des « chevaux de travail » de Montréal.

« Cent cinquante ans plus tard, nous continuons nos efforts pour améliorer le bien-être de tous les animaux [...] Nous sommes heureux de collaborer avec la Ville de Montréal afin de protéger ces chevaux, mais également de leur trouver une nouvelle famille en vue d'une retraite paisible », a-t-elle soutenu mercredi.

Les propriétaires pourront s'inscrire au nouveau programme dès le 1er mai sur le site Internet de la SPCA de Montréal ou sur celui de la Ville de Montréal.

Grand Montréal

Politique municipale