•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les députés péquistes à la recherche d'un ministre et d'un bateau

Les députés de Matane-Matapédia, René-Lévesque et Duplessis qualifient de « service minimum » l'annonce de la STQ.

Les députés de Matane-Matapédia, René-Lévesque et Duplessis qualifient de « service minimum » l'annonce de la STQ.

Photo : Radio-Canada

Les députés de la Côte-Nord et de Matane-Matapédia se disent peu impressionnés par l'offre de traverses présentées hier par la Société des traversiers du Québec (STQ), annonce qu'ils n'hésitent pas à qualifier de « service minimum ».

La STQ a annoncé la prolongation du service de navettes aériennes jusqu'en juillet et la mise en service plus hâtive des traverses de Trois-Pistoles–Les Escoumins et de Rimouski–Forestville. De plus, le CTMA Voyageur demeurera en service pour les véhicules lourds jusqu'à la fin du mois de mai.

Puisque les vols entre Mont-Joli, Pointe-Lebel et Sept-Îles, seront maintenus jusqu'à la fin de juillet, les députés y voient un signe inquiétant.

Ma crainte, c'est que ce service minimal là se maintiendra pendant toute la saison si un deuxième bateau n'arrive pas et que le F.-A.- Gauthier n'arrive pas en août ou peut-être même septembre.

Martin Ouellet, député de René-Lévesque

La STQ et le cabinet du ministre des Transports, François Bonnardel, répètent pourtant que le mois de juin demeure l'objectif pour l'arrivée d'un bateau de relève, qu'ils n'identifient pas.

Qu'ils arrêtent de jouer à la cachette. On parle de quel navire et il arrive quand?

Pascal Bérubé, député de Matane-Matapédia
Le navire Sareema intéresse la Société des traversiers, qui, selon nos informations, négocie son achat depuis plusieurs semaines déjà.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le MV Sareema, actuellement en réparation en Allemagne, intéresse la Société des traversiers qui selon nos informations, négocie son achat depuis plusieurs semaines déjà.

Photo : Radio-Canada / Gracieuseté

Les députés péquistes, qui ont interpellé la presse parlementaire ce matin à Québec, dénoncent aussi l'absence de mesures de compensation financière pour les usagers.

On continue d'avoir des [appels] d'entreprises, les factures s'accumulent précise Martin Ouellet.

Les compensations financières annoncées par la STQ ne s'appliquent qu'aux clients dont la réservation a été annulée en raison de l'absence d'un bateau.

Où est le ministre?

Le député de Matane-Matapédia croit que le ministre Bonnardel est beaucoup trop discret dans ce dossier.

Le chef intérimaire du Parti québécois croit que le ministre fait fi de ses responsabilités en laissant la STQ gérer le dossier dans l'espace public.

La Société des traversiers, quand elle sera crédible, elle reviendra, mais d'ici là on veut le ministre des Transports.

Pascal Bérubé, député de Matane-Matapédia

Les députés croient qu'une telle crise aurait été gérée directement par le ministre, et plus rapidement, si elle s'était produite, par exemple, dans la région de Québec.

Ça ne se passerait pas dans une autre région, plus populeuse et qui ferait plus de bruit. Monsieur Bonnardel interviendrait personnellement.

Lorraine Richard, députée de Duplessis

Dans n'importe quel enjeu dans le domaine des transports, c'est le ministre qui intervient, sauf dans ce cas, observe Pascal Bérubé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Politique provinciale