•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accident de la scène de Radiohead : le jury propose un groupe de travail sur la sécurité

Photo de camions de pompier et d'une ambulance au parc Downsview après l'accident.
Des véhicules d'urgence sur les lieux de l'effondrement en juin 2012. Photo: La Presse canadienne / Nathan Denette
Jean-Philippe Nadeau

Un jury du coroner propose 28 recommandations pour garantir la fiabilité des scènes de spectacle en Ontario après l'accident qui a tué un technicien du son au parc Downsview en 2012, dans le nord de Toronto.

Scott Johnson a été tué le 16 juin 2012 lorsque la scène de spectacle s’est effondrée sur lui quelques heures avant le concert du groupe britannique Radiohead.

L’enquête du coroner a relevé en deux semaines que la structure avait été mal assemblée et que les ouvriers n’avaient pas suivi le plan initial de l’ingénieur en chef de l’ensemble.

Le jury du coroner reprend essentiellement les suggestions du ministère public qui lui avait soumis mardi des propositions au sujet des idées qu’il aimerait voir dans les recommandations. Il qualifie en outre d'accidentelle la mort de Scott Johnson.

Gros plan sur un homme dans la début trentaine. Le technicien en percussions Scott Johnson est mort écrasé par une scène en 2012 avant un concert de Radiohead. Photo : Ken Johnson

La recommandation principale s’adresse au gouvernement de l’Ontario. Elle consiste à créer d’ici décembre un groupe de travail permanent pour veiller à la sécurité des scènes de concert, en particulier celles qui sont temporaires en plein air.

Ce groupe aurait donc pour tâche de s’assurer de la fiabilité d’une scène de spectacle, de sa conception à son démantèlement, en passant par son assemblage et sa finition.

Selon le jury, tous ceux qui font affaire avec l’industrie du divertissement devraient y siéger : gouvernements, services d’urgence, ingénieurs, syndicat d'ouvriers, fournisseurs d'équipements, producteurs de spectacle, artistes et promoteurs.

Aspects de la principale recommandation

  • présence requise du père de la victime au sein de groupe de travail
  • approche multidisciplinaire dans le développement des meilleures pratiques en matière de sécurité
  • publication d’un guide des règles de sécurité pour les travailleurs de l’industrie et du public avec compilation des lois, règles et directives existantes relativement au Code du bâtiment de l’Ontario et de la Loi provinciale sur la santé et la sécurité au travail
  • rôle de conseiller auprès des principaux intervenants, en particulier auprès du ministère du Travail et de celui des Affaires municipales et du Logement de l’Ontario
  • assurer le suivi des recommandations du jury du coroner

Le jury propose également des modifications au Code du bâtiment de l’Ontario de façon à ce qu’il soit conforme aux conclusions du rapport de 2015 du ministère des Affaires municipales et du Logement sur l’assemblage et le démantèlement des scènes de spectacle.

Il lui suggère aussi de modifier la Loi sur la santé et la sécurité au travail de l'Ontario au sujet de l’assemblage et du démantèlement des scènes de spectacle temporaires en plein air. Il devrait, par exemple, y être écrit que de telles structures doivent être conçues par des ingénieurs professionnels.

Une enseigne lumineuse qui annonce que le concert est annulé.L'accident a fait un mort et trois blessés. Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Le jury suggère au gouvernement fédéral de signer une entente avec le gouvernement de l'Ontario lorsque les scènes de spectacle sont érigées sur les terrains urbains fédéraux comme celui du parc Downsview, de sorte que le Code du bâtiment de la province puisse s’appliquer.

Il propose par ailleurs quelques recommandations à l'Ordre des ingénieurs de l'Ontario pour que les plans d'assemblage soient clairs et uniformes, les mesures précises et le langage simple avec la déclinaison des acronymes.

Le batteur du groupe Radiohead, Philip Selway, répond aux questions des journalistes.Le batteur du groupe Radiohead, Philip Selway, a témoigné au premier jour des audiences de l'enquête du coroner. Photo : Radio-Canada / Charlotte Mondoux-Fournier

Les producteurs et les promoteurs de spectacles devront enfin s'assurer d'avoir obtenu, à la signature d'un contrat de divertissement, un permis de construction du terrain municipal qu'ils convoitent pour y construire une scène temporaire.

Ils devront au préalable s'assurer qu'ils respectent toutes les consignes incluses dans le processus menant à l'assemblage d'une scène de spectacle, de la table à dessin à la finition de la structure jusqu'à l'entrée des spectateurs.

Des recommandations non contraignantes

L'avocate du ministère public, Diana Exner, se dit très heureuse de ces recommandations qu'elle a qualifiées de positives et judicieuses. C'est un jury qui a porté une attention particulière aux détails techniques et aux témoignages des experts. Me Exner a dit espérer que les intervenants dans cette cause les prennent très au sérieux et qu'ils s'en inspirent pour renforcer la sécurité des scènes de spectacle dans la province.

On voit l'avocate du ministère public, Diana Exner, qui a dirigé l'enquête au nom du coroner, le Dr Cameron. L'avocate du ministère public, Diana Exner, est celle qui a dirigé l'enquête au nom du coroner, le Dr Cameron. Photo : Radio-Canada

Le père de la victime, Ken Johnson, ne s'inquiète pas du fait que ces recommandations ne soient pas contraignantes, parce qu'il pense que certains intervenants de l'industrie en mettront en oeuvre quelques-unes, même si cela va prendre du temps, selon lui. Le jury a reconnu qu'il y avait des failles dans le système et qu'il fallait améliorer la sécurité des travailleurs et la fiabilité des scènes de spectacle.

Il pense que les règles existantes sont généralement bien faites dans le secteur du bâtiment, mais qu'il faut davantage se méfier de la complaisance des ingénieurs et des ouvriers qui sont appelés à assembler des scènes temporaires.

La formation continue et le perfectionnement professionnel sont toujours une source d'inquiétude, parce que les compagnies ont tendance à ne pas vouloir en payer le coût et les gouvernements ont généralement tendance à privilégier les coupes aux dépenses reliées à l'apprentissage.

Ken Johnson, père de la victime

M. Johnson avait par ailleurs dit regretter au début des audiences que les accusations criminelles aient été abandonnées après l'accident du 16 juin 2012 à cause de la longueur des procédures judiciaires.

On voit le père de la victime, Ken Johnson, à la sortie des audiences à la cour du coroner de Toronto.Le père de la victime, Ken Johnson, à la sortie des audiences. Photo : Radio-Canada / Martin Trainor

Le coroner, le Dr David Cameron, compte notifier la province à ce sujet lorsqu'il remettra les recommandations du jury au Bureau du coroner de l'Ontario. Dans ses conclusions, il va suggérer à la procureure générale de l'Ontario de s'assurer que les procès ne soient plus interrompus au criminel par les nominations de juges lorsque la Loi sur la santé et la sécurité est enfreinte dans les cas d'accident comme celui du parc Downsview.

À l'époque, le procès contre l'entreprise de divertissement Live Nation, le fournisseur d'équipements Opex Staging et l'ingénieur Domenic Cugliari avait avorté par la nomination du juge Shaun Nakatsuru à un poste plus élevé de la magistrature ontarienne. La Couronne avait alors retiré les accusations en septembre 2017 en vertu de l'arrêt Jordan sur les délais de procédures.

Justice

Justice et faits divers