•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les inscriptions à la formation professionnelle en chute dans Chaudière-Appalaches

Un élève, en vêtement de travail, manipule un tournevis dans le cadre de sa formation professionnelle en mécanique

Un élève du Centre de formation en mécanique de véhicules lourds de Lévis fait son apprentissage. Ils sont de moins en moins à s'inscrire au diplôme d'études professionnelles au Québec.

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Nahila Bendali
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le nombre d'élèves inscrits à un programme de formation professionnelle en Chaudière-Appalaches a baissé de près de 20 % depuis 2014, une situation jugée « inquiétante », imputée à l'appétit du marché de l'emploi.

En 2014-2015, ils étaient 5204 élèves sur le banc d’écoles de formation professionnelle. En 2017-2018, ils n’étaient plus que 4186.

Le phénomène se ressent dans la Capitale-Nationale également, où le nombre d’élèves inscrits a chuté de 12 %. À l'échelle de la province, il a baissé de 6 % sur la même période.

Effet de la pénurie de main-d'oeuvre

La situation se fait sentir au Centre de formation en mécanique de véhicules lourds de Lévis.

Pour la première fois en vingt ans, le cours de mécanique spécialisé offert en hiver a dû être annulé, faute d’inscriptions.

Le plein-emploi dans la région de Chaudière-Appalaches n’est pas étranger au phénomène, croit l’enseignant au Centre de formation Richard Fortin.

Richard Fortin, enseignant, à l'intérieur d'un atelier d'un cours de mécanique au Centre de formation en mécanique de véhicules lourds à LévisAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'enseignant Richard Fortin croit que la pénurie de main-d'oeuvre force des entreprises à engager des jeunes non qualifiés dans des métiers spécialisés.

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

La demande de main-d’œuvre est telle que les entreprises n’hésitent pas à engager des employés non formés pour combler leurs besoins.

Les jeunes se font offrir d’être formé au travail, avec un salaire alléchant, et ne voient donc plus la nécessité d’obtenir un diplôme d’études professionnelles

« Sur le coup, on se dit " vite, ça nous prend de la main-d’œuvre ", mais à long terme, on va s’apercevoir qu’on a besoin de main-d’œuvre spécialisée », affirme l’enseignant.

« C’est la panique générale. »

— Une citation de  Richard Fortin, enseignant, Centre de formation en mécanique de véhicules lourds de Lévis

« Se tirer dans le pied »

Avec un taux de chômage sous les trois pour cent en Chaudière-Appalaches, plusieurs entreprises n’ont pas le choix d’aller chercher toute la main-d’œuvre qu’ils peuvent trouver.

« Ce n’est vraiment pas l’idéal. Ce qu’on veut, c’est d’être performant, et ça prend des employés bien formés », déplore le président du conseil d’administration de la Chambre de commerce de Lévis, Martin Pellerin.

« Malheureusement, il y en a qui se tirent dans le pied en embauchant directement sans diplôme. »

Avec cette main-d’œuvre non qualifiée dans les domaines professionnels, certaines entreprises voient leur croissance freinée, constate M. Pellerin.

Revaloriser la formation professionnelle?

Plusieurs acteurs du milieu croient qu’il faut notamment revaloriser le diplôme d’études professionnelles pour contrer la tendance.

« Sur le terrain, on constate que la perception de la valeur du DEP n’est pas celle qu’elle devrait être », souligne le directeur du Centre de formation Daniel-Étienne Vachon.

Le directeur du Centre de formation Daniel-Étienne Vachon parle au journaliste Olivier Lemieux à l'intérieur du Centre de formation en mécanique de véhicules lourds de LévisAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le directeur du Centre de formation Daniel-Étienne Vachon estime que les formations professionnelles ne sont pas assez valorisées.

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Il ajoute qu’il ne faut pas nécessairement voir le DEP comme une fin en soi.

« J’ai des gens qui ont fait leur DEP, qui sont devenus chefs d’entreprise par la suite. D’autres sont allés chercher une formation universitaire. »

— Une citation de  Centre de formation en mécanique de véhicules lourds de Lévis

Daniel-Étienne Vachon aimerait également voir plus de projets pour contrer la pénurie de main-d’œuvre, qui permettent aux jeunes de continuer leurs études et d’apprendre un métier en même temps.

« Sans que le jeune quitte ses copains d'écoles, qu’il puisse aller chercher son diplôme d’études secondaires, mais qu'en même temps, il fasse l'apprentissage d'un métier. »

Avec les informations d'Olivier Lemieux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !