•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Airbnb exacerbe la pénurie de logements à Ottawa, selon un rapport

Une main tient un téléphone portable muni de l’application Airbnb.

Un aperçu de l’application mobile Airbnb

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Plus d'un millier de logements ne sont pas sur le marché locatif d'Ottawa parce que des propriétaires les mettent à la disposition de sites de location à court terme comme Airbnb, selon un groupe qui milite contre l'utilisation illégale de cette plateforme.

La saturation des Airbnb commerciaux à Ottawa est la plus élevée au pays, a indiqué Thorben Wieditz, de la coalition Fairbnb Canada.

Le regroupement affirme que 80 % des publications sur la plateforme Airbnb concernant des logements dans les quartiers centraux de Somerset et de Rideau-Vanier sont des hôtels fantômes sans locataires à long terme.

La coalition, dont fait partie l’Association des hôtels d’Ottawa-Gatineau, a évalué l’impact d’Airbnb dans les villes canadiennes comme Toronto et Vancouver. Le groupe s’est penché sur la capitale en février.

D'après l'analyse de Fairbnb, un peu moins de la moitié des 2830 logements à court terme mis à la disposition des touristes présentent davantage les caractéristiques d'une entreprise qu'une location à court terme.

L’entreprise Airbnb s’est défendue par la voix d’une porte-parole. Plusieurs hôtes responsables d’Airbnb, qui ne souhaitent qu’arrondir leurs fins de mois, résident à Ottawa, a affirmé Alexandra Dagg dans un courriel adressé à CBC.

Le rapport est basé sur de fausses présomptions et une recherche défaillante. C’est là un autre exemple d’un groupe soutenu financièrement par l’industrie hôtelière qui tente de vilipender des familles ottaviennes, a-t-elle indiqué.

Mme Dagg a soutenu que l’entreprise n’est pas contre la réglementation, mais que la Ville ne devrait pas se baser sur ce rapport.

Airbnb repousse les locataires, selon Fleury

Les quartiers Rideau-Vanier et Somersert sont les plus prisés sur Airbnb, selon le rapport de Fairbnb. Les conseillers Mathieu Fleury et Catherine McKenney ne sont pas surpris.

M. Fleury a indiqué que les résidents se plaignent régulièrement du bruit et des ordures laissés par les locataires à court terme dans les édifices à logements multiples.

Conseiller municipal en entrevue sur la rue Sparks.

Le conseiller du quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, s'attend à ce que de nombreux consommateurs québécois traversent la frontière pour acheter du cannabis en Ontario.

Photo : Radio-Canada

Par ailleurs, M. Fleury dénonce les hôtes d’Airbnb qui veulent seulement faire affaire avec des touristes puisque ce marché est plus lucratif que le marché traditionnel. Nous perdons des loyers à long terme pour la communauté, a-t-il déploré.

Une personne nommée Geneviève détenait 76 hôtels fantômes, selon le rapport du groupe Fairbnb. Ça repousse beaucoup de gens de nos quartiers, a dit le conseiller.

Réglementation à venir

À l'heure actuelle, être locateur pour moins de 28 jours dans un secteur où les hôtels ne sont pas permis va à l’encontre de la réglementation de zonage de la Ville d’Ottawa.

M. Fleury et Mme McKenney s’entendent sur la nécessité de revoir la réglementation sur un grand nombre d’enjeux comme la location à court terme, les résidences pour étudiants ou les dédommagements pour les locataires expropriés en raison de l’embourgeoisement.

Le rapport d’un consultant externe commandé par la Ville, qui devrait être complété en juillet, pourrait inclure des recommandations en vue de la réglementation de ces loyers.

Le groupe Fairbnb a proposé que la Ville d’Ottawa adopte une réglementation similaire à ce que Toronto a adopté, en réduisant toutefois le nombre de nuitées permises de 180 à 90.

La conseillère McKenney a admis que l’implantation de cette nouvelle réglementation sera difficile, mais que la capitale peut apprendre des leçons en regardant les autres villes.

Toute personne qui investit dans une entreprise commerciale qui n’est pas autorisée devra être prête à faire face aux conséquences. La Ville va les réglementer, a averti la conseillère McKenney.

Ottawa-Gatineau

Politique municipale