•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Poissons morts au lac Wascana : « Une réaction naturelle au printemps », selon une écologiste

L'écologiste Sarah Romuld affirme que les carpes communes sont une espèce envahissante.

L'écologiste Sarah Romuld qualifie les carpes communes d'envahissantes.

Photo : CBC/Cory Coleman

Radio-Canada

Au cours des derniers jours, la présence d'une grande quantité de poissons morts dans le lac Wascana inquiète des habitants de Regina. Une écologiste tient toutefois à les rassurer, affirmant qu'il n'y a aucune inquiétude à avoir.

« En ce moment, nous sommes en quelque sorte en train de vivre une réaction naturelle au printemps », a expliqué une écologiste de la Commission de la capitale provinciale, Sarah Romuld.

Selon elle, l’hiver long et froid fait en sorte que de grandes quantités de glace peuvent empêcher l’oxygène dissous de pénétrer dans l’eau. De plus, les bactéries commencent à se former lorsque la glace fond et utilisent une partie de l’oxygène déjà présent dans l’eau.

Étant moins actifs l’hiver, les poissons ont besoin de moins d’oxygène dissous. Lorsque le temps se réchauffe, ils se déplacent davantage et leurs besoins en oxygène grandissent. En ce moment, dans le lac Wascana, certains poissons ne reçoivent pas suffisamment d’oxygène pour survivre.

À l’heure actuelle, nous constatons ce qui arrive lorsque la demande dépasse largement l’offre en oxygène.

Sarah Romuld, écologiste de la Commission de la capitale provinciale

Ce phénomène se produit chaque année, « mais il y en a plus [de poissons morts] cette année à cause du dur hiver [que Regina a connu] », précise la spécialiste.

Une espèce non désirée

L’écologiste affirme que la plupart des poissons morts sont des carpes communes. Cette espèce est sensible aux changements de température, poursuit-elle.

Les carpes communes sont envahissantes. Idéalement, il ne devrait pas y en avoir ici.

Sarah Romuld, écologiste de la Commission de la capitale provinciale

Le lac Wascana, étant libéré de nombreux poissons de cette espèce non désirée, offre donc davantage de ressources pour d’autres types de poissons.

« Nous avons une population de poissons très saine, car c’est un endroit privilégié pour eux. Il n’y a pas de pêche, ils peuvent se nourrir et avoir des espaces ouverts », explique Sarah Romuld.

La Commission de la capitale provinciale dit surveiller de près la situation du lac Wascana. Sarah Romuld affirme qu'il est également également possible d’augmenter la quantité d’oxygène dissous dans le lac, au besoin.

Plusieurs poissons morts dans le lac Wascana.

Le phénomène se produit chaque année, selon une écologiste de la Commission de la capitale provinciale.

Photo : CBC/Cory Coleman

Selon Sarah Romuld, des poissons en décomposition pourraient modifier les composants chimiques de l’eau, mais les probabilités sont plutôt basses, étant donné que les oiseaux et d’autres animaux s’occupent de les manger. Le temps que mettront les poissons morts a se décomposer, ou leurs restes, à être nettoyés par l'eau du lac, varie selon la météo.

La Commission de la capitale provinciale demande à la population de se tenir à l’écart des poissons morts. Les personnes qui en voient à l’extérieur de l’eau sont priées de communiquer avec la Commission.

D'après les informations de Cory Coleman, CBC News

Saskatchewan

Nature et animaux