•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Doug Ford promet quatre nouvelles lignes de métro et de train léger à Toronto pour 28,5 milliards

Un homme en complet au lutrin; deux hommes sont derrière lui.

Le premier ministre Doug Ford (avant-plan) en compagnie de ses ministres des Transports, Jeff Yurek, et des Infrastructures, Monte McNaughton

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Radio-Canada

À la veille du dépôt du budget provincial, le premier ministre Doug Ford dévoile un ambitieux plan de 28,5 milliards de dollars pour l'expansion du transport en commun à Toronto, promettant notamment une nouvelle ligne de métro au centre-ville d'ici 2027.

Cette ligne de 15 km, appelée Ontario, serait deux fois plus longue et inaugurée deux ans plus tôt que la ligne qui était prévue (Downtown Relief Line South), affirme le gouvernement.

Ses rames, possiblement, sans conducteur, relieraient le Centre des sciences et l'est de Toronto (station de métro Pape) au centre-ville pour désengorger la ligne Yonge actuelle.

Nouveauté : la ligne Ontario irait au sud jusqu'à la Place de l'Ontario, le site d'un ancien parc d'attractions que M. Ford a promis de revitaliser grâce à la contribution de promoteurs privés.

C'est le plus gros investissement pour de nouveaux métros dans l'histoire canadienne.

Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

La province envisage d'utiliser de plus petits wagons pour la ligne Ontario que ceux fabriqués par Bombardier qui sont actuellement en circulation sur les lignes de métro 1 (Yonge-University) et 2 (Bloor-Danforth). La ligne serait donc indépendante du réseau la Commission de transport (CTT) et surélevée le long de la rivière Don.

Photo de lignes de différentes couleurs montrant sur une carte les nouvelles lignes de transport en commun projetées et les lignes existantes.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La carte des nouvelles lignes projetées par le gouvernement Ford

Photo : Radio-Canada

Le mégaplan de M. Ford inclut aussi :

  • le prolongement de la ligne de métro Yonge vers le nord (stations à déterminer)
  • trois arrêts de plus sur la ligne 2 dans l'est de Toronto (Scarborough) plutôt que la station unique prévue
  • un nouveau tronçon, en grande partie enfoui plutôt que le projet en surface prévu, à l'ouest de la ligne de train léger d'Eglinton actuellement en construction

Les conservateurs comptent sur des partenariats publics-privés pour construire ces nouvelles lignes.

Pour les résidents de l'est de Toronto, la bonne nouvelle d'un métro à trois stations plutôt qu'une cache toutefois une mauvaise nouvelle. En effet, le nouveau tronçon n'entrerait en vigueur qu'en 2030, soit quatre ans après ce que prévoyait le projet initial et la mise au rancart prévue du mini-métro Scarborough RT.

Les usagers devront-ils prendre l'autobus entre-temps? « On va trouver une solution », s'est contenté de répondre M. Ford, sans donner de détails.

De l'argent de Toronto et du fédéral

Le plan du gouvernement Ford se chiffre à 28,5 milliards de dollars, mais la province met seulement 11,2 milliards sur la table, s'attendant à ce que les villes desservies, y compris Toronto, et le fédéral règlent le reste de la facture.

Contrairement à certains de ses homologues de la banlieue, le maire de Toronto, John Tory, n'assistait pas à l'annonce de M. Ford mercredi matin. Je vais attendre de voir ce qu'il y a dans l'annonce, a-t-il expliqué. M. Tory a ajouté qu'il devrait y avoir des discussions, si la province était propriétaire des nouvelles lignes, mais tout en refilant une partie de la facture à la Ville.

On veut tous les deux construire de nouvelles lignes, mais il n'a pas l'argent et ce n'est pas sa faute. Nous [en tant que province], on peut étaler ces investissements sur 30 ans, a affirmé M. Ford mercredi.

Les gens ne veulent pas savoir qui paie la facture, a-t-il ajouté, ils veulent que les nouvelles lignes soient construites.

Des études pour rien?

Toronto a déjà dépensé 224 millions pour des études de faisabilité et de conception pour la nouvelle ligne de métro du centre-ville et celle de Scarborough, notamment.

Tout changement risque de causer des retards et des dépassements de coût, prévenait un récent rapport municipal.

Une nouvelle ligne, en recommençant à zéro, sans planification déjà faite, et ce sera construit plus rapidement. Bien sûr.

Mike Layton, conseiller municipal de Toronto

Le premier ministre jette à la poubelle tous les plans déjà faits, qui ont coûté des centaines de millions de dollars, pour retourner à la case départ, a affirmé la chef du NPD Andrea Horwath, mardi.

M. Ford répond que la province va incorporer le travail déjà fait par la Ville.

Le ministre des Transports, Jeff Yurek, ajoute que le système actuel de métro ne marche pas. Pendant des décennies, la Ville de Toronto a été incapable d'étendre le réseau de métro, dit-il. Nous faisons les changements nécessaires pour aller de l'avant.

Pas d'argent pour SmartTrack

Le maire Tory avait promis durant la campagne électorale en 2014 de se servir des rails des trains de banlieue GO pour offrir un service ferroviaire rapide (similaire à celui des trains RER à Paris) à l'intérieur de la ville, et de construire 22 nouvelles stations.

Le projet a subi une cure minceur depuis, mais il fait toujours partie des priorités de la Ville et du maire (coût estimé : 1,5 milliard). Or, le plan de Doug Ford n'en fait pas mention.

Des négociations?

M. Ford a fait son annonce, mercredi, alors que la province est censée être en train de négocier avec la Ville un protocole de prise en charge du réseau actuel de métro et de toute nouvelle ligne.

Le ministre Yurek a indiqué à ce sujet, mardi, que la conversation allait se poursuivre avec le maire Tory : Tout est matière à négociation, mais nous avons un plan qui va vraiment plaire aux Torontois, je pense.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Politique provinciale