•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un contrat avec Coca-Cola empêche la Ville d’Ottawa de renoncer aux bouteilles de plastique

Le plastique des bouteilles d'eau est l'un des plus faciles à recycler.

Le plastique des bouteilles d'eau est l'un des plus faciles à recycler.

Photo : iStock

Radio-Canada

La Ville d'Ottawa n'est pas près de retirer les bouteilles en plastique de ses arénas et autres bâtiments municipaux, puisqu'un contrat lie l'administration au géant Coca-Cola jusqu'en 2021 ou 2022.

Le contrat entre la Municipalité et l’entreprise de boissons, signé en 2011, arrivera à échéance seulement lorsqu’un seuil de ventes minimum sera atteint. Cela pourrait prendre jusqu’à trois ans, selon un rapport qui sera déposé la semaine prochaine lors d’une séance du Comité permanent de la protection de l'environnement, de l'eau et de la gestion des déchets.

Alors que la pression monte pour que la Ville retire les plastiques à usage unique de ses édifices, la conseillère du quartier Somerset Catherine McKenney a demandé aux employés municipaux de lui présenter le détail des contrats avec les fournisseurs de boissons.

La conseillère municipale Catherine McKenney en entrevue à l'extérieur l'hiver.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La conseillère municipale Catherine McKenney est d'avis que les dispositifs de sécurité sur les déneigeuses peuvent sauver des vies.

Photo : Radio-Canada

Selon le rapport dressé après cette demande, la Ville a signé un contrat de cinq ans avec Coca-Cola en 2011, acceptant de vendre un minimum de 115 000 caisses de boissons de l’entreprise. Or, lorsque le contrat est venu à échéance en 2016, seulement 65 959 caisses avaient été vendues.

Au 31 décembre 2018, la Ville devait toujours vendre tout près de 30 000 caisses pour remplir ses obligations contractuelles. Des employés municipaux prédisent que trois années pourraient passer avant que les 29 563 caisses soient vendues.

Par ailleurs, résilier le contrat avant l’atteinte de ce seuil de ventes coûterait 740 000 dollars à la Ville, selon le rapport.

Selon l’entente, Coca-Cola a payé 135 000 par année à la Ville pendant cinq ans pour les droits d’approvisionnement exclusifs dans les édifices municipaux. Cette entente s’est terminée en 2016 et, depuis, la Ville obtient une redevance sur les ventes de boissons.

Faire la promotion de l’eau de robinet

Les bouteilles de plastique à usage unique sont présentes à l’hôtel de ville ainsi qu’à de nombreuses autres propriétés municipales, ont noté les employés qui ont rédigé le rapport.

Les employés municipaux ont affirmé que la Ville avait pris des mesures afin de réduire sa consommation de plastiques à usage unique par l’installation d’abreuvoirs où il est possible de remplir des bouteilles. Cela a pu contribuer aux faibles ventes de boissons embouteillées, selon eux.

L'hôtel de ville d'Ottawa en hiver, vu de la rue Laurier. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'hôtel de ville d'Ottawa.

Photo : Dereck Doherty

Le mois dernier, un groupe du nom d’Ottawa Water Study Action Group s’est rassemblé à l’hôtel de ville pour vanter la qualité de l’eau locale et pour demander à la Ville de retirer du marché les bouteilles de plastique.

Le groupe a soutenu que la Ville d’Ottawa n’allait pas assez loin dans la promotion de l’eau potable qui sort de ses robinets. Le budget municipal de 2019 consacre 100 000 dollars à la promotion de l’eau de robinet d’Ottawa.

Ottawa-Gatineau

Affaires municipales