•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondation : l’affaire est dans le sac à Saint-Jean

Cinq hommes maniant de petites pelles versent du sable dans des sacs

Des gens remplissaient des sacs de sable à la main dans la région de Saint-Jean lors des inondations historiques du printemps 2018.

Photo : CBC/Julia Wright

Radio-Canada

La Ville de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, va bientôt recevoir une machine pouvant rapidement remplir des sacs de sable, en cas d'inondation.

Les fabricants de la machine Quick-Fill Sandbagger disent qu’elle peut remplir de 40 livres de sable plus d'une dizaine de sacs à la minute.

La nouvelle politique municipale sur les interventions d'urgence lors d'inondations printanières devrait assurer que des sacs de sable soient offerts aux propriétaires touchés. La politique définit aussi les limites de l’aide municipale dans un tel cas.

Les sacs ne seront pas distribués s’il s’agit d’une inondation ordinaire. Les maisons qui sont inondées chaque année parce qu’elles se trouvent dans une plaine inondable ne sont plus considérées pour une intervention d’urgence, explique le directeur municipal John Collin.

Les sacs ne serviront pas non plus en cas d’accumulation d’eau de ruissellement.

La nouvelle politique n’entrera en vigueur que si l’on estime que le niveau des eaux du fleuve Saint-Jean va atteindre 5,2 mètres. En 2018, les eaux ont atteint 5,76 mètres. Elles ont coupé des voies de circulation, endommagé des propriétés et forcé l’évacuation de plusieurs familles.

En cas d’inondation, les sacs de sable ne seront pas livrés aux propriétaires. Ces derniers devront aller les chercher eux-mêmes. « Ils nous diront combien de sacs ils veulent, et nous les mettrons dans leur véhicule pour eux », affirme la directrice des transports et de l’environnement à la Ville de Saint-Jean, Monica Boudreault.

Les services municipaux récupéreront les sacs usagés après une inondation, mais seulement si les propriétaires les déposent en bordure de la route.

Tony Palise est l’un des résidents qui pourraient bénéficier de la nouvelle politique. Sa maison située le long de la route Penny a été inondée pour la première fois en mai 2018. Il dit que ce serait bien s’il pouvait avoir des sacs de sable si cette situation se reproduit un jour.

Le conseiller municipal Greg Norton s’attend toutefois à des difficultés. Il a voté pour la nouvelle politique, mais il croit que les propriétaires écartés lors d’inondations ordinaires ou lors de problèmes de drainage des eaux pourraient reprocher à la Municipalité d’accorder un meilleur traitement à ceux qui habitent près du fleuve.

Avec des renseignements de Connell Smith, de CBC

Nouveau-Brunswick

Politique municipale