•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Demande d’extradition pour un prêtre de Regina accusé d'abus sur des enfants

L'abbé Robert MacKenzie

L'abbé Robert MacKenzie est arrivé en Saskatchewan en 1988. Il a été nommé curé de Cupar, au nord-est de Regina, en 1990.

Photo : photo soumise par l'Archidiocèse de Regina

Marie-Christine Bouillon

L'archidiocèse de Regina affirme que le prêtre retraité Robert MacKenzie sera extradé vers l'Écosse pour y subir un procès lié à des abus physiques et sexuels commis contre des enfants entre les années 1950 et 1988.

Les autorités écossaises ont obtenu une ordonnance de remise du ministre de la Justice du Canada le 22 mars dernier, autorisant l’extradition de Robert MacKenzie.

Pour sa part, le ministère de la Justice du Canada refuse de confirmer cette information.

Il indique que le ministre de la Justice doit recevoir et prendre en compte « tous les arguments de la personne appelée à être extradée ou de l’avocat de la défense » concernant les raisons pour lesquelles elle ne devrait pas faire l'objet d'une extradition.

L’archidiocèse de Regina a fait parvenir un communiqué, mardi, indiquant que l’abbé de 86 ans avait bel et bien reçu un ordre de quitter le pays pour faire face à la justice écossaise.

L’abbé MacKenzie « a été accusé par les autorités écossaises d’abus physiques et sexuels présumés qui auraient eu lieu dans des pensionnats d’Écosse dont les élèves étaient principalement des enfants », peut-on lire dans le communiqué de l'archidiocèse de Regina.

Mgr Donald Bolen se tient debout dans un corridor. Il porte une longue chaîne avec une croix comme pendentif.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Mgr Donald Bolen affirme que l'archidiocèse de Regina a été informé d'allégations contre l'abbé Robert MacKenzie pour la première fois en 2013.

Photo :  CBC / Bryan Eneas

L’archevêque de Regina, Mgr Donald Bolen, indique qu’en 2013, l’archidiocèse a été mis au courant qu’une victime alléguée avait dénoncé des gestes qu’aurait commis l’abbé MacKenzie lorsqu’il était moine bénédictin en Écosse. Ce dernier avait alors été relevé de ses fonctions officielles, tout en restant dans la paroisse de Cupar, au nord-est de Regina.

En 2015, l’archidiocèse a décidé de le réintégrer complètement. Deux ans plus tard, en mars 2017, l’institution a été mise au courant que des accusations allaient être déposées contre l’homme.

« On a demandé à l’abbé MacKenzie de venir à Regina et de rentrer dans notre résidence pour les prêtres qui ont déjà pris leur retraite. Il avait 84 ans. L’année dernière [les autorités écossaises] ont pris la décision de demander l’extradition. À ce point, on lui a enlevé ses facultés de célébrer la messe, de travailler comme prêtre », explique Mgr Bolen.

Aucune allégation à Regina

L’abbé Robert MacKenzie est arrivé au Canada en 1988 dans le but de rejoindre des membres de sa famille, selon Mgr Bolen. En 1990, il a été nommé curé de la paroisse de Cupar, un village situé au nord-est de la capitale. Il y est demeuré prêtre jusqu'en 2017.

Mgr Bolen assure qu’aucune plainte concernant des gestes déplacés de la part de l’abbé MacKenzie, durant son séjour à Cupar, n’a été communiquée à son administration.

Il était aimé comme prêtre et pasteur.

Mgr Donald Bolen, archevêque de Regina

L’homme de 86 ans souffre aujourd'hui de quelques problèmes de santé et se déplace à l’aide d’une marchette.

« Il dit qu'il n'est pas coupable d’abus sexuels [sur] des jeunes, il dit ça toujours », raconte Mgr Bolen, ajoutant que la priorité de l’Église demeure d’accompagner les victimes.

« C’est nécessaire de mettre les victimes avant tout, plus important que la réputation de l’Église, plus important que tout, c’est de marcher avec les victimes, de les encourager », dit-il.

Selon l’archevêque de Regina, il y aurait 13 victimes alléguées. Il s’agirait d’anciens élèves des écoles où a enseigné l’abbé Robert MacKenzie, en Écosse.

En octobre 2015, le gouvernement écossais a déclenché une enquête publique concernant les abus commis envers des enfants placés dans des institutions. En septembre 2018, la présidente de cette commission d’enquête a fait savoir que des cas d'abus physiques et sexuels allégués commis par des religieux de l’école Fort Augustus Abbey, où a enseigné l’abbé Robert MacKenzie, seraient étudiés.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Saskatchewan

Crimes et délits