•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Venezuela : Juan Guaido dit être en contact avec des militaires

Juan Guaido est debout et parle dans un micro.

Juan Guaido s'est déclaré président par intérim du Venezuela le 23 janvier dernier. Il a reçu l’appui d'une cinquantaine de pays, dont les États-Unis et la France.

Photo : Reuters / Ivan Alvarado

Radio-Canada

Un brouillard couvre toujours la situation politique au Venezuela. Dans une entrevue à la radio péruvienne RPP, le président autoproclamé Juan Guaido a indiqué de façon sibylline qu'il entretenait des contacts « très discrets » avec des militaires vénézuéliens, tout en laissant entendre que l'armée souhaiterait un changement de gouvernement.

M. Guaido n’a donné ni les noms ni les grades des militaires avec qui il aurait eu des contacts. « Nous avons eu des contacts très discrets avec des militaires, mais ce n'est pas encore le moment de donner des détails, car malheureusement, ici [au Venezuela], on est en dictature. La persécution est à l'ordre du jour », a-t-il déclaré.

Il a ajouté qu’il existe « des signes importants de malaise » au sein des forces armées, qu’il qualifie cependant de dernier « soutien au régime dictatorial » du président Nicolas Maduro.

Sur un autre registre, Juan Guaido a déclaré que les engagements du Venezuela seraient respectés en cas de changement de gouvernement.

« Ce ne sera pas un problème pour la Russie, la Chine ou tout autre pays, car ce que nous allons respecter, c'est l'État de droit, la Constitution, rétablir la sécurité juridique qui fait défaut aujourd'hui à notre économie », a-t-il assuré.

Le 23 janvier, M. Guaido s'est déclaré président par intérim du Venezuela. Il a reçu l’appui d'une cinquantaine de pays, dont les États-Unis et la France. Ces pays estiment illégitime le deuxième mandat du président Maduro, obtenu à l'issue d'élections qu’ils qualifient de frauduleuses.

Un appui diplomatique

L’organisation des États américains (OEA) a annoncé qu’elle reconnaissait le représentant de Juan Guaido au sein de l’organisation.

Gustavo Tarre, le « représentant permanent désigné de l'Assemblée nationale du Venezuela devant l'OEA », a été nommé à l’issue d’un vif débat avec 18 voix pour, 9 contre, 6 abstentions et une absence.

L’OEA a indiqué que M. Tarre occupera son siège jusqu’à la tenue de nouvelles élections au Venezuela.

Appel de l'ONU à l’Amérique latine

Filippo Grandi, haut-commissaire aux réfugiés des Nations unies, a demandé mardi aux pays d'Amérique latine de ne pas limiter l’accueil des réfugiés vénézuéliens.

« En dépit de la charge qui pèse sur vous, laissez la porte ouverte et allégez les restrictions imposées aux Vénézuéliens » qui cherchent à fuir leur pays, a-t-il souligné.

Des papiers d'identité sont exigés par certains pays pour permettre à des exilés de rentrer chez eux.

Selon le responsable de l'ONU, « 3,4 millions de Vénézuéliens ont quitté le pays » pour diverses raisons, notamment pour des problèmes de sous-alimentation, pour la recherche de médicaments contre des maladies chroniques ou en raison de la violence et de l'insécurité.

La Colombie, le Pérou, l'Équateur et le Brésil sont les pays qui ont reçu le plus de réfugiés.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Amériques

International