•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet de loi C-69 chahuté à Calgary

Des gens manifestent avec des pancarte jaune demandant la mort du projet de loi C-69

Une manifestation à Calgary mardi pour protester contre le projet de loi concernant notamment la Régie canadienne de l'énergie sur le plan fédéral.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Comité sénatorial de l'énergie, de l'environnement et des ressources naturelles poursuit sa tournée de consultations sur le projet de loi C-69 du fédéral. Après un passage à Vancouver lundi, le comité s'est arrêté à Calgary mardi, où des manifestants se sont donné rendez-vous pour dénoncer ce projet de loi qui pourrait changer le processus d'approbation des projets énergétiques majeurs au pays.

Cette série d’audiences qui se sont entamés lundi est pancanadienne. Des représentants des plus grandes sociétés pétrolières et gazières du Canada demandent à tour de rôle d’apporter des modifications au projet de loi C-69 devant le comité du Sénat responsable du dossier. Le projet a été renvoyé au comité sénatorial au mois de décembre, après une deuxième lecture du Sénat.

Ce projet viendrait édicter la Loi sur l’évaluation d’impact et la Loi sur la Régie canadienne de l’énergie et aurait des répercussions pour les projets de pipelines, notamment.

Il abrogerait la Loi canadienne sur l'évaluation environnementale et mettrait fin à l'Office national de l'énergie, laissant à l'Agence d'évaluation des impacts du Canada et à l'organisme de réglementation canadien de l'énergie le pouvoir de procéder à l'évaluation des impacts environnementaux, sanitaires, sociaux et économiques des projets désignés.

« Ce n’est rien de moins qu'un droit de veto », dénonce le chef de la Première Nation Blood Tribu des Blood, Roy Fox.

La première nation Tribu des Blood farouchement opposée

Roy Fox pense que le projet de loi C-69 va nuire aux communautés autochtones qui dépendent des revenus issus du secteur pétrolier.

« Je comprends que le processus d'approbation réglementaire actuel au Canada est imparfait, mais le projet de loi C-69, dans son libellé actuel, ne fait qu'aggraver ce processus », a-t-il déclaré.

Il est mal formulé et vague.

Une citation de : Roy Fox, chef de la Première Nation Blood Tribe
Roy Fox, avec des lunettes de soleil et un chapeau sur la tete, répond aux questions du journalisteAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Roy Fox, le chef de la Première Nation Blood Tribe.

Photo : Radio-Canada

Selon lui, les réductions de prix pour le pétrole et le gaz de l’Ouest canadien, imputables au manque de capacité des pipelines, ont fait chuter les redevances énergétiques de sa Première Nation.

« L'industrie pétrolière et gazière transfère déjà ses investissements hors du pays. Mais nous, les peuples autochtones, ne pouvons pas déplacer nos territoires », à expliquer Roy Fox.

Manifestation à Calgary

À Calgary, pendant que l'audience se déroulait dans un hôtel du centre-ville, des centaines de personnes se sont rassemblées à l'avant pour manifester.

Des centaines de personnes se sont rassemblées devant l'hotel pour manifester avec des pancartesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les travailleurs du secteur pétrolier et gazier descendent à nouveau dans les rues de Calgary pour défendre leur industrie.

Photo : Radio-Canada / Charlotte Dumoulin

Tuez ce projet de loi

Une citation de : Scande les manifestants

« Le projet de loi C-69 tel qu'il est actuellement rédigé est inapplicable », a déclaré Steve Laut, vice-président directeur du producteur de sables bitumineux Canadian Natural Resources.

Malgré son opposition, Steve Laut explique cependant qu’avec des amendements qui ont du sens, ce projet de loi peut être réalisable.

Il existe des amendements au projet de loi qui « peuvent libérer l'ingéniosité du Canada, soutenir les investissements dans un bouquet énergétique faible en carbone, et faire du Canada un chef de file mondial en matière de lutte contre le changement climatique », explique-t-il.

La salle d'audience avec tous les protagonistes assis autour de la tableAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le comité sénatorial sur l'énergie dit avoir déjà reçu de nombreuses propositions d'amendements de la part de différents groupes.

Photo : Radio-Canada / Charlotte Dumoulin

« Je pense que c’est crucial que [les amendements] soient adoptés. Le Canada ne peut pas supporter les dommages que le projet de loi, dans sa forme actuelle, aurait sur notre économie », a déclaré Tim McMillan, le directeur général de CAPP, l’association canadienne des producteurs de pétrole, en marge du rassemblement à l'extérieur de l'hôtel.

Les témoignages recueillis par les sénateurs aboutiront probablement à des recommandations d'amendements d'ici le 9 mai, selon la présidente du comité, la sénatrice Rosa Galvez. Le 9 mai est aussi la date à laquelle le comité de l'Énergie, de l'environnement et des ressources naturelles présentera son rapport au Sénat.

Rosa Galvez a ajouté qu’il était possible que le projet de loi soit renvoyé à la Chambre des communes d’ici le mois de juin.

Le comité sera de passage mercredi à Fort McMurray et visitera six autres villes canadiennes d'ici la fin du mois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !