•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Phénix : au moins 75 % des employés fédéraux auraient été surpayés

Portail Phénix - PC
Au moins 75 % des employés fédéraux auraient été surpayés, selon de nouveaux chiffres. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Près de 75 % des employés fédéraux auraient reçu une paye en trop, qui a ensuite été déduite de leur salaire, entre avril 2016 et janvier 2019 — une statistique qui fait bondir les syndicats.

Ces chiffres ont été dévoilés à la Chambre des communes le 18 mars dernier par le secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l'Approvisionnement, Steven MacKinnon. Il a indiqué que 223 173 fonctionnaires étaient dans cette situation, sur un total d'environ 300 000.

Il s'agit d'un tout nouvel éclairage sur la débâcle du système de paye Phénix. Jamais cette situation spécifique n'avait été chiffrée publiquement auparavant.

La crise est plus grande qu'on pensait, a lancé le vice-président exécutif régional à l'Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC), Greg McGillis.

On est surpris que le gouvernement reconnaisse ce volume-là. On n'est pas surpris que, globalement, une très forte proportion de fonctionnaires aient eu des problèmes de paye, a renchéri le vice-président de l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada, Stéphane Aubry.

Des chiffres qui restent imprécis

Cela dit, le système de paye Phénix n’est actuellement pas en mesure d’établir une distinction entre les trop-payés véritables et les trop-payés administratifs. Un trop-payé véritable est créé lorsqu’un employé reçoit une paye à laquelle il n’a pas droit, a précisé M. MacKinnon dans sa déclaration, qui était une réponse à une question du député conservateur Kelly McCauley.

Contacté par Radio-Canada, un porte-parole de Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC), Pierre-Alain Bujold, a confirmé que le gouvernement n'est pas en mesure de distinguer le nombre de trop-payés véritables des trop-payés administratifs, ni même d'établir une proportion approximative.

M. Bujold a indiqué qu'il en va de même depuis le début du scandale, pour toute évaluation des trop-payés rendus publics par Ottawa. Les trop-payés administratifs sont des erreurs techniques qui, généralement, sont corrigées avant même que le fonctionnaire n’ait reçu son talon de paye, a-t-il ajouté.

Selon M. McGillis, de l'AFPC, un constat reste toutefois clair. Le nombre de [fonctionnaires] sous-payés et de non payés est plus grand que le nombre de surpayés, juge-t-il.

Un homme en entrevue.Greg McGillis, vice-président éxecutif régional à l'Alliance de la fonction publique du Canada Photo : Radio-Canada

En juin 2017, le Bureau du vérificateur général du Canada avait publié que 59 000 fonctionnaires trop payés devaient 295 millions de dollars à l'État. En tout, il estimait que 152 000 fonctionnaires étaient touchés par des erreurs de paye.

Selon un commentaire publié par le défunt vérificateur général Michael Ferguson l'automne dernier, le montant total des erreurs de paye s'élevait à 615 millions de dollars en date du 31 mars 2018.

Nous avons estimé que le gouvernement devait 369 millions de dollars à ses employés (parce qu’ils avaient été sous-payés) et que les employés devaient au gouvernement 246 millions de dollars (parce qu’ils avaient été payés en trop), avait-il écrit.

Des conséquences pour les fonctionnaires

Recevoir une paye trop élevée n'est pas sans conséquence pour les fonctionnaires. Renée Chalifoux, par exemple, ignore quand le gouvernement récupérera les 16 000 $ qu'il lui a payés en trop après un congé sans solde de deux mois. Cette situation inquiète la mère de trois enfants.

Nous sommes cinq dans la famille [et c'est difficile] de ne pas savoir quelles sont les modalités de "repaiement". Parce que j'entendais mes collègues dire : "Tout à coup, ils m'ont tout enlevé ma paye sans indication, sans préavis, sans explication", a-t-elle rapporté.

Avec les informations de Florence Ngué-No

Ottawa-Gatineau

Politique fédérale