•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après le fédéral, la province lance une enquête sur La Passerelle-I.D.É.

Léonie Tchatat au micro
Léonie Tchatat présidente de La Passerelle I.D.É Photo: Radio-Canada / Cristèle Magnout
Natasha MacDonald-Dupuis

Après le fédéral, c'est au tour du gouvernement ontarien de lancer un examen des dépenses de La Passerelle-I.D.É. dans la foulée d'allégations rapportées par le Toronto Star au sujet de l'organisme.

Selon Jesse Robichaud, porte-parole de la ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney, le processus pourrait inclure « des visites sur place au fournisseur de services » afin de déterminer « si les lignes directrices adéquates, ainsi que l’audit et les responsabilités connexes en matière de comptabilité ont été respectés ».

C'est le ministère de la Formation et des Collèges et Universités de l'Ontario, un bailleur de fonds de l'organisation, qui chapeautera l'enquête.

La Passerelle-I.D.É. est sous les projecteurs depuis une enquête du Toronto Star, soutenant que l'organisme franco-torontois aurait créé un programme « fictif » pour aider les prostituées à se sortir du proxénétisme. L'organisme qualifie ces allégations de « fausses ».

La semaine dernière, le quotidien torontois révélait aussi que les dirigeants de La Passerelle-I.D.É., Léonie Tchatat et Guy Taffo, ont admis avoir utilisé à des fins personnelles des billets de concert et d'événements sportifs destinés à des enfants dans le besoin. Ils citent toutefois un « malentendu ».

Notre gouvernement entame un contrôle de La Passerelle-I.D.É. afin de se pencher sur la manière dont les fonds provinciaux sont utilisés par l’organisation.

Jesse Robichaud, porte-parole de la ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney

Lundi, la ministre Mulroney confirmait à Radio-Canada avoir déjà envoyé une lettre à La Passerelle-I.D.É., pour lui faire part de ses préoccupations.

Une femme avec un veston vertCaroline Mulroney réagit aux allégations concernant La Passerelle-I.D.É Photo : Radio-Canada

Déjà une enquête du fédéral

Lundi, un porte-parole du ministère fédéral de la Sécurité publique indiquait que « compte tenu de la gravité de ces allégations », les fonctionnaires ont demandé des informations à La Passerelle-I.D.É. pour s'assurer que le projet financé par son ministère pour aider les prostituées respecte toutes les exigences du programme.

Le ministère s'est dit prêt à mettre un terme au projet et même à récupérer les fonds si l'organisme ne remplit pas les obligations prévues par l'accord de financement.

Toronto

Politique provinciale