•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montréal a largué 125 fonctionnaires pour manquements à l'éthique

L'hôtel de ville de Montréal en soirée

L'hôtel de ville de Montréal

Photo : Getty Images / gregobagel

Gaétan Pouliot

Finie l'époque où des employés de la Ville de Montréal pouvaient recevoir des bouteilles de vin, des jambons et des voyages en toute impunité. Au cours des dernières années, des dizaines de fonctionnaires ont dû quitter leur poste à la suite d'enquêtes menées par le Bureau du contrôleur général, a appris Radio-Canada.

Les employés qui ne se conforment pas aux valeurs de l’administration municipale ne sont plus les bienvenus. « Il y a 125 fonctionnaires qui ne sont plus à l’emploi de la Ville suite à des enquêtes », a révélé Alain Bond, contrôleur général de la métropole, lors d’un café citoyen organisé par l’association Montréal pour tous.

Ce nombre comprend tous les départs depuis le début des audiences de la Commission d'enquête sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction, en 2012.

Ces employés ont été congédiés ou ont démissionné pour avoir dérogé à leur code de conduite qui encadre les conflits d’intérêts et le favoritisme. Certains travaillaient pour la Ville centre, d’autres pour des arrondissements.

Dans d’autres cas, la Ville de Montréal a appliqué des mesures disciplinaires sans mettre fin au lien d’emploi avec les fonctionnaires fautifs.

Au moins cinq départs sont directement liés à des enquêtes menées dans le cadre de la commission Charbonneau, a précisé par courriel le bureau du contrôleur général à Radio-Canada.

Cette commission d’enquête, où plusieurs fonctionnaires montréalais étaient tristement en vedette, a permis au public de découvrir l'ampleur de la corruption à coup de témoignages chocs.

« J'ai eu des certificats cadeaux pour aller dans des restaurants. Toutes sortes de cadeaux, il y en a qui avaient beaucoup d'imagination. J'ai reçu un jambon, une serviette de bain », avait expliqué sur un ton décomplexé Luc Leclerc, qui reconnaissait avoir touché des centaines de milliers de dollars en pots-de-vin quand il était ingénieur à la Ville de Montréal.

90 000 $ en billets de 100 $ dans un sac de plastique.

90 000 $ reçus en pots-de-vin par Luc Leclerc, ex-ingénieur à la Ville de Montréal, remis à la commission Charbonneau.

Photo : Commission Charbonneau

M. Leclerc avait aussi raconté que le parrain de la mafia Vito Rizzuto avait été un « excellent compagnon de voyage » lors d’une escapade de golf en République dominicaine.

La Ville en mode poursuites

L’application du Code de conduite des employés n’est pas le seul outil de la Ville de Montréal pour lutter contre la collusion et la corruption. Depuis 2018, la métropole a entrepris des recours devant les tribunaux pour récupérer des sommes injustement payées lors de l’attribution de contrats.

Pour l’instant, trois poursuites sont en cours, dont l’une concerne le dossier des compteurs d'eau. Les avocats de la Ville de Montréal réclament 14 millions de dollars, notamment aux entrepreneurs Tony Accurso et Paolo Catania, ainsi qu’à Frank Zampino, ex-président du comité exécutif.

L'ex-président du comité exécutif de la Ville de Montréal Frank Zampino, le 17 mai 2002

L'ex-président du comité exécutif de la Ville de Montréal Frank Zampino, le 17 mai 2002

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Un autre recours judiciaire de l’ordre de 20 millions de dollars contre un « groupe important » est en préparation, a dit Alain Bond alors qu’il s’adressait à des citoyens lors d’une soirée de discussions portant sur la collusion et la corruption à Montréal.

Par ailleurs, la Ville de Montréal envisage de contester les donations de propriétés de certains dirigeants d’entreprises qui ont fait « disparaître leur argent ».

Il y a beaucoup de femmes qui ont hérité de beaucoup de maisons à Montréal.

Alain Bond, contrôleur général de la Ville de Montréal

L’élu repentant

Avant que la Ville de Montréal ne s’engage dans des poursuites, ceux qui ont participé à la collusion ont pu régler à l’amiable par l’entremise du Programme de remboursement volontaire du gouvernement du Québec. Cela a permis à la métropole de récupérer quelque 31 millions de dollars payés en trop à des entreprises.

Un ex-élu montréalais s’est lui-même dénoncé, a révélé Alain Bond. « Un ancien élu est venu me voir à mon bureau pour me dire : “J’ai participé à tel contrat”. On ne l’avait pas du tout dans le radar, mais il m’a laissé une série de chèques avant de partir », a-t-il raconté.

Impossible de savoir qui est cette personne. « L'identité de l'ex-élu est protégée par une entente de confidentialité », a indiqué le bureau du contrôleur général.

Écrivez-nous

Vous avez des informations à nous transmettre? Contactez notre journaliste : gaetan.pouliot@radio-canada.ca (Nouvelle fenêtre)

Société