•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des cellules immunitaires au combat visualisées pour la première fois

Représentation artistique d'une tumeur cancéreuse.

Représentation artistique d'une tumeur cancéreuse.

Photo : iStock

Radio-Canada

Des cellules immunitaires « en plein champ de bataille au sein de la tumeur » ont été visualisées pour la première fois par des scientifiques français de l'Institut Pasteur.

Les chercheurs Marine Cazaux et Capucine Grandjean de l’Institut Pasteur et des collègues britanniques et néerlandais sont parvenus à observer ces cellules CAR T grâce à une nouvelle technique d'imagerie in vivo haute résolution.

Ils ont ainsi pu voir ce qu’il se passait dans la moelle osseuse de souris atteintes de lymphome.

La vidéo qui suit montre des cellules immunitaires combattant les cancers du sang. Les cellules CAR T (vert) infiltrent la tumeur (blanc). Les cellules cancéreuses tuées par les cellules CAR T apparaissent en bleu.

Un rôle central pour détruire la tumeur

Le groupe de recherche a ainsi pu étudier le comportement des cellules CAR T et est parvenu à visualiser en temps réel les interactions entre ces cellules et la tumeur, mais aussi sa mort.

En identifiant les forces et les faiblesses des cellules CAR T en action, ces travaux offrent de nouvelles pistes pour exploiter et optimiser l'activité des cellules CAR T chez les patients.

Philippe Bousso

Le recours à cette technique a permis de déterminer que même si certaines cellules CAR T sont plus actives que d'autres, dans l'ensemble, une cellule CAR T a la capacité d'induire la mort directe d'une cellule tumorale en 25 minutes environ suivant la reconnaissance de sa cible.

« Les simulations mathématiques reposant sur nos données expérimentales confirment que l'efficacité des cellules CAR T repose principalement sur leur capacité à engager et à tuer directement la cellule cancéreuse plutôt que sur le recrutement d'autres cellules immunitaires au site tumoral », affirme Philippe Bousso.

Ces simulations soulignent aussi que le nombre de cellules CAR T qui parviennent à infiltrer la moelle osseuse joue un rôle majeur dans l'efficacité du traitement.

Philippe Bousso

Combattre des alliées du cancer

L’un des principaux obstacles à cette infiltration est la rencontre dans le sang des cellules CAR T avec les cellules tumorales, mais également avec les lymphocytes B qui expriment la molécule CD19 engendrée par la tumeur.

À l’heure actuelle, l’une des techniques utilisées pour combattre les cancers est basée sur la modification des lymphocytes T (appelés aussi cellules tueuses) du patient afin qu'elles reconnaissent la CD19 dans l’objectif de l'éliminer.

Cerner le rôle des CAR T

Des essais cliniques ont déjà montré la grande efficacité des cellules CAR T et ont abouti à son utilisation chez l'adulte et l'enfant pour le traitement des cancers du sang. Certains patients finissent par rechuter, ce qui a poussé les chercheurs à mieux cerner leur fonctionnement.

Pourtant, certains patients rechutent. Pour améliorer les thérapies à venir, des chercheurs de l'Institut Pasteur se sont intéressés au fonctionnement précis des cellules CAR T.

Les récentes observations ont montré que les cellules CAR T formaient des agrégats cellulaires qui se trouvent parfois emprisonnés dans la circulation pulmonaire, les empêchant de se rendre aux tumeurs.

Le fait de réduire la quantité de cellules exprimant CD19 avant l'injection des cellules CAR T pourrait donc améliorer grandement la survie globale des souris.

Le détail de ces travaux est publié dans le Journal of Experimental Medecine (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Médecine

Science