•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faire face au déluge : les nombreuses protections du Manitoba contre les inondations

En 1979, l'incendie d'un train transportant des produits dangereux a forcé l'évacuation des résidents de Mississauga, en Ontario.

Rémi Authier

C'est un combat qui revient très souvent au printemps : les humains luttent contre l'eau de la fonte des neiges qui menace de dévaster des communautés entières. Au Manitoba, des travaux exécutés au cours des 60 dernières années ont renversé l'équilibre des forces et permis d'éviter le pire lors des inondations qui ont frappé la province.

Il faut retourner en 1950 pour comprendre les dommages que pourrait causer la montée des eaux en l'absence des mesures de protection. Lors de cette inondation, 10 000 maisons ont été détruites et 5000 autres immeubles ont été endommagés. Des dommages d'une valeur de 125 millions de dollars à l'époque ont été causés par l'eau, ce qui représente environ 1 milliard en dollars constants.

Photo en noir et blanc de la ville de Emerson inondée en 1950. Les rues sont toutes sous l'eau.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Emerson, la première ville Manitoba affectée par la grande inondation de 1950

Photo : Library and Archives Canada

À Winnipeg, 100 000 habitants ont dû être évacués, ce qui représentait à l'époque le tiers de la population. L'armée canadienne et la Croix-Rouge avaient été appelées en renfort.

À la suite de cette crue de la rivière Rouge, le gouvernement s'est penché sur les moyens d'éviter qu'une telle situation se reproduise. Entre 1952 et 1958, il a ainsi mis sur pied l'Enquête sur le bassin de la rivière Rouge et la Commission royale sur les inondations.

Des canaux pour protéger la capitale

C'est de cette commission qu'est venue l'idée de construire plusieurs infrastructures de protection, dont le canal de dérivation de la rivière Rouge et le canal de dérivation Portage sur la rivière Assiniboine. Achevés respectivement en 1968 et 1970, ces canaux ont grandement augmenté la protection de la capitale.

La structure à l'entrée du canal de dérivation de la rivière Rouge agit comme obstacle pour l'eau qui coule vers le lac Winnipeg, au nord. Lorsqu'elle est activée, cette structure augmente artificiellement le niveau de la rivière, portant l'eau à un niveau qui lui permet de se déverser par un système de vases communicants dans le canal qui contourne la capitale manitobaine. Cette eau continue de s'écouler vers le nord le long du canal jusqu'à ce qu'elle rejoigne la rivière Rouge près de Lockport, avant de se déverser dans le lac Winnipeg.

Une carte de la région de Winnipeg comprenant une ligne bleue qui représente le canal de dérivation de la rivière Rouge et un tableau indiquant le nombre de maisons détruites lors de trois inondations.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le nombre de maisons détruites lors des inondations a chuté depuis la création d'infrastructures de protection comme le canal de dérivation de la rivière Rouge qui protège Winnipeg.

Photo : Radio-Canada

Selon la province, la construction de cette structure aurait permis à elle seule d'éviter des dizaines de milliards de dollars de dommages.

Le canal a par ailleurs été élargi à la suite de l'inondation de 1997 surnommée « inondation du siècle ». Sa capacité est alolrs doublée, passant de 1700 mètres cubes par seconde à 3964 mètres cubes par seconde. Cela permet de faire circuler l'eau de plus de 10 piscines olympiques par seconde le long du canal. En comparaison, le canal de dérivation Portage peut seulement écouler 708 mètres cubes par secondes vers le lac Manitoba.

Le candal de dérivation de Portage avec la rivière Assiniboine à gaucheAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le candal de dérivation de Portage avec la rivière Assiniboine à gauche

Photo : Radio-Canada

En plus des canaux, la province a construit le barrage ainsi que le réservoir Shellmouth dans l'ouest de la province pour contrôler le débit de la rivière Assiniboine et protéger les communautés qui la longe. Finalement, la structure de contrôle de la rivière Fairford entre le lac Saint-Martin et le lac Manitoba permet de contrôler le niveau de ce dernier.

Des digues pour protéger les villages

Cependant, ces infrastructures ne permettent pas de protéger les communautés situées le long de la rivière Rouge entre la frontière américaine et Winnipeg. C'est pourquoi 18 d'entre elles sont maintenant protégées par des digues circulaires qui englobent les propriétés qui s'y trouvent.

Une carte du sud du Manitoba indique l'emplacement des 18 communautés protégées par des digues circulaires.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ce sont 18 digues circulaires qui ont été construites autour de communautés situées dans la vallée de la rivière Rouge pour faire face aux inondations.

Photo : Radio-Canada

Seules huit communautés étaient toutefois protégées en 1997 lors de l'inondation du siècle. Grâce à un financement de 130 millions de dollars, ces huit digues ont été améliorées et dix autres digues ont été construites. Elles dépassent toutes le niveau d'eau de l'inondation de 1997 par 0,6 mètre.

Hors des communautés, les gens ont surélevé leur demeure sur des buttes ou ont aménagé des digues sur leur propriété pour les protéger de crues printanières susceptibles d'atteindre le niveau de 1997. Les champs des fermiers restent toutefois à risque d'être inondés.

Une photo aérienne.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La ville de Morris et l'autoroute 75 lors des inondations de 1997.

Photo : Gouvernement du Manitoba

Selon la province, 95 % des maisons, des entreprises et des fermes dans la vallée de la rivière Rouge sont ainsi protégées. En 2009, ces digues auraient permis d'éviter 700 millions de dollars de dommages dans les communautés.

Incidents et catastrophes naturelles

Justice et faits divers