•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Train léger sur rail à Toronto : des commerçants de l'avenue Eglinton exaspérés

Les commerçants de l'avenue Eglinton à Toronto subissent les impacts de la construction du train léger sur rail Crosstown.

Les commerçants de l'avenue Eglinton à Toronto subissent les impacts de la construction du train léger sur rail Crosstown.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Poulin

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Malgré les mesures d'aide mises en place par la Ville de Toronto et Metrolinx, des commerçants de l'avenue Eglinton restent durement touchés par les travaux de construction du train léger sur rail Eglinton Crosstown.

Depuis deux ans et demi, la vue du propriétaire du Royal Antique Rugs, dans la portion ouest de l’avenue, est bloquée par des clôtures et des bâches.

Le commerce est situé dans un cul-de-sac peu invitant et difficilement accessible à cause du chantier. Lors de notre passage lundi, cela faisait longtemps que David Bakhshi n’avait pas vu quelqu’un ouvrir la porte de son magasin.

«  »

— Une citation de  David Bakhshi, commerçant

L’homme, qui a pignon sur rue depuis une quinzaine d’années, travaille d’arrache-pied pour maintenir son entreprise à flot en réparant des tapis à défaut d’en vendre, au prix de longues heures de travail et d’une vie familiale amputée.

Des affiches subventionnées par Metrolinx et posées sur la clôture qui entoure le chantier rappellent aux automobilistes l’existence de son magasin, tout comme un panneau à l’attention des piétons à l’intersection la plus proche. Mais ces mesures sont loin d’être suffisantes pour contrer la baisse extrême de clients que David Bakhshi dit subir.

Le commerce de David Bakhshi sur l'avenue Eglinton est situé au fond d'un trottoir barré par un chantier de construction.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le commerce de David Bakhshi sur l'avenue Eglinton est situé au fond d'un trottoir barré par un chantier de construction.

Photo : Radio-Canada

Il y a un an, Toronto avait annoncé la mise en place de mesures pour encourager un plus grand nombre de personnes à visiter les commerces, en offrant notamment un rabais sur le stationnement.

À l’est aussi

Mais les commerçants sont sceptiques devant les efforts que la Ville et Metrolinx disent mettre pour leur donner un coup de main. Dans l’est de l’avenue Eglinton, où les travaux ont débuté récemment, des commerçants commencent eux aussi à sentir les effets du chantier qui s’étale sur plusieurs kilomètres.

On nous a promis de l’affichage et des publicités locales. Mais ça a pris des mois avant que nous ayons des affiches et elles sont petites et cachées par la machinerie et les camions. Pour ce qui est de la publicité, nous attendons toujours, lance Maria Ruas, qui supervise le restaurant Portugril.

Selon le professeur en urbanisme à l'Université de Waterloo Pierre Fillion, les projets de ce genre sont longs et les commerçants en subissent généralement les conséquences.

«  »

— Une citation de  Pierre Fillion, professeur en urbanisme à l'Université de Waterloo

Il estime que dans une situation idéale, les propriétaires qui vont profiter de cette amélioration devraient être taxés de façon à ce qu'une partie de leurs bénéfices soient redistribués à ceux qui vivent des difficultés à cause du projet.

Les travaux devraient être terminés en 2021. Le train comptera 21 gares et arrêts sur 19 kilomètres.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...