•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Nettoyage ethnique » : pressé de s'excuser, le maire de Hampstead en rajoute

Le maire de Hampstead répond aux questions des journalistes.

Le maire de Hampstead, William Steinberg, a fait connaître son opposition au projet de loi sur la laïcité en le qualifiant de « nettoyage ethnique ».

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada

Malgré plusieurs appels pour qu'il présente ses excuses pour sa déclaration sur le « nettoyage ethnique » liée au projet de loi 21 sur la laïcité de l'État, présenté par le gouvernement du Québec, le maire de la Municipalité de Hampstead, William Steinberg, persiste, signe et en rajoute, affirmant qu'il parlera plutôt de « nettoyage ethnique pacifique ».

William Steinberg a affirmé le 5 avril dernier, lors d’une conférence de presse annonçant une manifestation le 14 avril pour dénoncer le projet de loi sur la laïcité, que ce projet était « une tentative d’expulser ceux qui pratiquent des religions minoritaires, ne laissant que des non-croyants et des chrétiens au Québec », allant jusqu’à parler de « nettoyage ethnique ».

« C'est du nettoyage ethnique – pas avec un fusil, mais avec une loi. C'est raciste et c'est ignoble », a-t-il dit.

« Le résultat sera que les juifs, les musulmans et les sikhs ne viendront pas à un endroit où leurs perspectives d'emploi seront limitées. Ceux qui vivent déjà ici auront tendance à partir », a-t-il poursuivi.

Plusieurs voix, dont celle du premier ministre François Legault, se sont fait entendre mardi pour lui demander de faire acte de contrition, mais le maire Steinberg a indiqué qu'il n'avait « pas du tout » l'intention de présenter des excuses.

J’entends plutôt demander aux gens d’arrêter de dire "nettoyage ethnique", mais de dire plutôt "nettoyage ethnique pacifique", pour que nous comprenions dès le départ que je ne parle pas de génocide, d’abattre les gens, d’expulser les gens, rien de tout cela.

William Stenberg, maire de Hampstead

« C’est beaucoup plus subtil, mais au fil du temps, cela fera du Québec une société moins diversifiée, et cela est simplement une mauvaise chose », a ajouté M. Steinberg en entrevue à Radio-Canada.

Un appel au calme

À Québec, le premier ministre Legault a lancé un appel à débattre dans un climat serein. Il a demandé à M. Steinberg de s'excuser pour ses propos. M. Legault dit comprendre que les Québécois aient des opinions différentes sur le projet de loi 21, mais il croit qu'il est possible de débattre de façon respectueuse.

« Les Québécois sont des gens accueillants, les Québécois ont le droit de demander qu'au Québec, les personnes qui travaillent pour le gouvernement qui sont en autorité ne portent pas de signes religieux. C'est raisonnable et modéré [...] c'est une demande qui est légitime », a-t-il déclaré.

Le député libéral de la circonscription québécoise de D'Arcy-McGee, David Birnbaum, a lui aussi critiqué les propos du maire de Hampstead, mardi. Selon lui, ces paroles étaient inappropriées et blessantes pour de nombreux Québécois.

M. Birnbaum soutient que la province se caractérise par une plus grande ouverture que celle exprimée dans les propos de l'élu. Il a ajouté que William Steinberg était cependant « un homme d'honneur », à qui la justice et l'égalité importent. Pour sa part, M. Birnbaum maintient son opposition au projet de loi, qu'il compte contester à l'Assemblée nationale.

Quant au député libéral fédéral de la circonscription de Mont-Royal, Anthony Housefather, qui avait participé au même point de presse que William Steinberg pour annoncer la manifestation du 14 avril, il s'était lui aussi dissocié des mots du maire de Hampstead. « Nous essayons de ne pas diviser, nous essayons d'être inclusifs », avait-il dit.

Pressions venant de l'Hôtel de Ville

Lionel Perez en entrevue dans la hall principal de l'hôtel de ville de Montréal.

Le chef par intérim d'Ensemble Montréal, Lionel Perez.

Photo : Radio-Canada

Le chef de l'opposition officielle à l'Hôtel de Ville de Montréal, Lionel Perez, a lui aussi condamné les propos de William Steinberg : « Je pense que c'est un manque de jugement grave ».

Selon Lionel Perez, les paroles du maire de la municipalité de l'Ouest-de-l'Île n’ont pas leur place dans le débat public qui a cours sur le texte de loi, qui vise entre autres à interdire le port de signes religieux aux employés de l'État ayant un pouvoir de coercition ainsi qu'aux enseignants et directeurs des écoles publiques.

Lorsqu’on parle de nettoyage ethnique, on évoque vraiment des meurtres, on évoque des tueries, on parle du Rwanda, de Bosnie-Herzégovine, on parle d’autres génocides. Ça n’a pas sa place ici. Je suis contre la loi, mais jamais je n’utiliserais des propos aussi incendiaires que M. Steinberg. Je pense que c’est un manque de jugement grave et il doit s’excuser sans équivoque.

Lionel Perez, chef de l'opposition officielle à l'Hôtel de Ville de Montréal

Dans l’après-midi qui a suivi sa déclaration, l’élu de Hampstead avait tenté de revenir sur ses propos sur Twitter. Dans deux tweets, il avait notamment affirmé que le projet de loi allait favoriser le départ de certaines communautés culturelles. Il avait aussi déploré « que certains médias se soient emparés du terme "nettoyage ethnique" » sans expliquer pleinement sa position.

Selon Lionel Perez, ces clarifications ne sont pas suffisantes : « Il doit s’excuser, sans équivoque [...] S’il refuse de s’excuser, il doit réfléchir à son avenir ».

Lionel Perez a affirmé qu'il ne participerait pas à la manifestation organisée par M. Steinberg si ce dernier ne revenait pas sur ses propos.

Des propos blessants

Pour sa part, le conseiller de Hampstead Leon Elfassy considère que le maire William Steinberg est allé trop loin avec ses déclarations et qu’il a blessé des citoyens.

« Je ne suis pas d’accord avec la loi 21 moi-même. Mais il y a des façons de présenter les arguments et d’avoir un débat. Je comprends bien le gouvernement Legault. Il a tout à fait le droit de faire ce qu’il veut faire. C’est un gouvernement qui a été élu d’une façon bien démocratique. Je n’ai pas de problème avec ça. Il a présenté une loi [avec laquelle] je ne suis pas d’accord. Je peux débattre de la loi. Mais de là à donner des termes de "nettoyage ethnique", c’est difficile de prendre cela », a-t-il affirmé.

Leon Elfassy dit avoir communiqué près d’une dizaine de fois par courriel avec le maire depuis samedi pour lui demander de retirer ses paroles et de « s’excuser aux résidents de Hampstead et à la population minoritaire au Québec ».

« À date, il ne bouge pas et c’est très dommage. Le maire devrait être assez mature de réaliser qu’il a fait une erreur. Nous sommes des humains; on peut faire des erreurs. Alors, s’il a fait une erreur, il doit tout simplement se présenter, retirer ses propos et s’excuser. C’est tout. Mais s’il ne le fait pas, à mon avis, il ne devrait pas rester comme maire. Il devrait démissionner et le plus tôt qu’il le fait c’est le mieux », a-t-il déclaré.

Le projet de loi 21, en résumé

Le projet de loi 21 sur la laïcité de l’État prévoit que toutes les institutions parlementaires, gouvernementales et judiciaires doivent respecter les principes de la séparation de l’État et des religions, de la neutralité religieuse de l’État, de l’égalité de tous les citoyens et des libertés de conscience et de religion.

Il prévoit l’interdiction du port de signes religieux chez les employés de l’État en position de coercition (juges, policiers, procureurs, gardiens de prison) et d’autres employés de l’État, essentiellement les enseignants des écoles primaires et secondaires du réseau public et les directeurs d’école.

Le projet de loi 21 est assorti d’une clause protégeant les droits acquis des employés touchés qui portent déjà un signe religieux, à condition qu’ils conservent la même fonction dans une même organisation. Il y en aurait « probablement quelques centaines », selon le ministre responsable, Simon Jolin-Barrette.

Il comprend aussi des dispositions de dérogation pour soustraire la loi à des articles des chartes canadienne et québécoise des droits et libertés. La Charte québécoise sera en outre modifiée afin qu’elle stipule « que les libertés et droits fondamentaux doivent s’exercer dans le respect de la laïcité de l’État ».

Le projet de loi prévoit également que tous les services gouvernementaux devront être offerts à visage découvert. Ils devront aussi être reçus à visage découvert lorsque cela est nécessaire à des fins d’identification ou pour des motifs de sécurité.

Aucun accommodement raisonnable ne pourra être demandé pour contourner cette obligation, est-il précisé.

Il n’inclut aucune sanction pénale ou monétaire pour les contrevenants.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique municipale

Politique