•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pourquoi le recyclage se porte-t-il mieux en C.-B. que dans les autres provinces?

Un amoncellement de bouteilles de plastique de plusieurs couleurs.
Des bouteilles en plastique dans un dépotoir Photo: Reuters / Ognen Teofilovski
Radio-Canada

La Colombie-Britannique a plus de succès que la majorité des autres provinces au Canada en matière de recyclage. Voici trois raisons pour lesquelles le bac bleu est un des plus verts du pays.

1. Producteurs payeurs

À l’instar de plusieurs pays européens, la Colombie-Britannique a adopté en 2014 le système dit « d'un bout à l'autre du processus ».

Selon ce système, appelé Recycle B.C., les propriétaires d’entreprises et de commerces paient un montant pour l’emballage qu’ils créent et qui se retrouvera par la suite dans le bac bleu des particuliers.

« Ce programme est financé à 100 % par les entreprises qui contribuent à utiliser du plastique pour emballer leurs produits , explique le porte-parole de l’organisme Recycle B.C., David Lefebvre. Ces entreprises se sont unies pour gérer le recyclage dans toute la province. »

2. Peu de contamination

Un des plus grands défis pour les programmes de recyclage consiste à éviter que des déchets ou des matières non recyclables se retrouvent parmi les produits à recycler.

Le terme technique décrivant cette situation est la contamination. C'est le cas, par exemple, lorsque, dans un bac de recyclage, on retrouve du papier journal sur lequel s'est écoulée de la sauce spaghetti.

Le papier contaminé ne peut plus être recyclé ou sera transformé en un produit de qualité inférieure, ce qui coûte cher aux programmes de recyclage.

« On a un taux moyen de contamination d'environ 6 %, avance David Lefebvre. C'est vraiment bien comparé à d'autres provinces. Cela s'explique en grande partie par le travail de sensibilisation mené à l'échelle à la fois municipale et provinciale. »

Pour leur part, les villes de Toronto et d'Edmonton ont connu des difficultés, affichant des taux de contamination élevés d'environ 25 %.

3. Produits de qualité

Comme le taux de contamination est bas en Colombie-Britannique, les matières brutes recyclées sont généralement de bonne qualité.

David Lefebvre affirme que cela les rend beaucoup plus faciles à vendre sur un marché mondial extrêmement concurrentiel.

« Comme certains pays ont choisi de ne plus accepter de matériaux recyclés, cela change vraiment la question de l’offre et de la demande, explique-t-il. Cela signifie que les transformateurs peuvent vraiment être plus exigeants quant aux matériaux qu'ils acceptent. »

La Chine, qui était la première destination mondiale pour les matériaux recyclables, a interdit ou imposé des restrictions à l'importation de déchets en 2018.

Ce changement a poussé les municipalités du monde entier à chercher des clients pour prendre leurs produits plastiques, leur papier et leur carton.

Recyclage

Environnement