•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'humoriste français Gad Elmaleh réfute les accusations de plagiat

L'homme est accoté sur un mur, les mains dans les poches, et sourit.

L'humoriste et acteur Gad Elmaleh

Photo : Arié Elmaleh

Radio-Canada

Accusé de plagiat, l'humoriste Gad Emaleh s'est défendu, mardi, d'avoir copié les blagues d'autres humoristes. Il affirme que les numéros d'humour reposent souvent sur des observations tirées de la vie quotidienne, qui ne sont donc pas le fruit de la créativité d'autres humoristes.

En janvier et février dernier, la chaîne YouTube CopyComic a mis en ligne deux vidéos montrant des gags que Gad Elmaleh aurait empruntés à certains de ses collègues pour dénoncer le vol de blagues par l'humoriste.

L’humoriste né au Maroc et ayant vécu au Québec avant de s’établir en France avait alors été rapidement banni du Bordel Comédie Club, un cabaret d'humour à Montréal.

Des observations, et non des inventions

Dans une entrevue donnée mardi à la radio française Europe 1, Gad Elmaleh a répondu à ces accusations en déclarant que ses blagues reposaient sur des observations qui n’appartiennent à personne.

Prenant l’exemple du plat qui ressort du micro-ondes brûlant, mais dont l’intérieur est resté froid, Gad Elmaleh assure avoir compté 14 ou 15 humoristes, entre des Français, des Anglais, des Écossais qui avaient la même observation.

Ce n’est pas la même vanne, c’est une observation qui n’appartient à personne, c’est un point de départ, et après, libre à toi de dire ce que tu veux.

Gad Elmaleh

Un mec bourré qui titube, ça ne t’appartient pas, ça ne m’appartient pas, sinon on déposerait la vie [...], personne ne parlerait plus d’amour, de sexualité, d’être bourré, de voyager…, a-t-il poursuivi.

S'adapter au changement

Pour Gad Elmaleh, le recours des humoristes à des observations communes pour bâtir leurs numéros d'humour était accepté par le milieu, mais cela est en train d’évoluer.

C’est normal, je pense qu’il faut accompagner [ce changement], il ne faut pas se battre contre, il faut continuer à bosser, il faut continuer à écrire [...], et il faut continuer à se moquer de ça aussi.

Gad Elmaleh

En février, Gad Elmaleh était déjà revenu sur les accusations de plagiat dont il fait l’objet dans une vidéo mise en ligne sur son compte Twitter.

Humour

Arts