•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de courant avant mercredi dans la majorité des foyers privés d'électricité

Hydro-Québec a appelé des équipes des régions moins touchées en renfort face à l'ampleur des dégâts.

Photo : Radio-Canada / Pascal Robidas

Radio-Canada

Au lendemain d'une journée marquée par de la pluie verglaçante et de forts vents, des milliers de foyers du Québec sont toujours sans électricité mardi en soirée, principalement au nord de Montréal. Le courant devrait être rétabli mercredi matin pour la majorité des clients, a indiqué mardi midi la ministre de la Sécurité publique du Québec, Geneviève Guilbault.

Plus tôt, la ministre avait indiqué que l'électricité serait rétablie mardi soir, mais elle a par la suite précisé que la force des vents rendait difficiles les travaux des équipes déployées par Hydro-Québec, ce qui allait retarder le retour à la normale.

« Si la météo est favorable dans les prochaines heures, Hydro-Québec prévoit rétablir la grande majorité de ses clients d'ici [mercredi] matin. Par contre, la météo rend les interventions difficiles. Les zones les plus durement touchées pourraient voir leur rétablissement repoussé à jeudi », a déclaré Hydro-Québec, qui dit avoir dépêché 500 équipes sur le terrain pour travailler à rétablir le courant.

Le premier ministre du Québec, François Legault, a lancé un appel à la prudence, en particulier pour les familles qui ont de jeunes enfants et pour les personnes âgées.

« Si vous avez besoin d'un hébergement, appelez votre municipalité. Ce sont les municipalités qui sont responsables de trouver de l'hébergement », a indiqué M. Legault.

À 23 h mardi, Hydro-Québec faisait état de :

  • plus de 133 000 foyers encore sans électricité dans l'ensemble du Québec;
  • plus de 46 000 pannes dans Lanaudière;
  • près de 41 000 pannes dans les Laurentides;
  • plus de 40 000 pannes à Laval.

 
Toutes les heures, Hydro-Québec met à jour le bilan des pannes et leur localisation (Nouvelle fenêtre).

Au plus fort de la panne, plus de 310 000 foyers étaient privés de courant, lundi soir, après une journée marquée par la pluie verglaçante, de forts vents et de la neige.

En raison des conditions météorologiques, des écoles ont fermé leurs portes mardi, et certaines ont annoncé que le même scénario se répétera mercredi. C'est notamment le cas des écoles de la Commission scolaire de Laval et de la Commission scolaire des Affluents, dans Lanaudière.

Laval durement touchée

Les Lavallois ont été les plus durement touchés par les conséquences du verglas. Au point culminant de la panne, 44 % de la population lavalloise était privée d'électricité. Comme les pannes sont le résultat de multiples petits bris, le service se rétablit « au compte-gouttes », au rythme d'environ 1000 clients à l'heure, indique le chef de division aux opérations du service de sécurité incendie de la Ville de Laval, Sylvain Gariépy.

Les pompiers ont d'abord concentré leur action sur les résidences des populations vulnérables, rapporte M. Gariépy. « On a eu des sauvetages à réaliser dans les ascenseurs, des gens intoxiqués au monoxyde de carbone; notre service a dû travailler à pleine capacité. »

Plusieurs feux se sont déclarés à l'extérieur, près des bâtiments, lorsque des branches sont tombées sur des fils électriques; d'autres ont été causés par des génératrices, des chandelles ou des courts-circuits, ajoute-t-il.

En outre, de nombreux feux de circulation ne fonctionnent pas, en raison des interruptions de courant.

Intoxications au monoxyde de carbone

Deux hommes installent une génératrice.

Beaucoup de gens ont installé des génératrices pour faire face à la panne.

Photo : Radio-Canada

Le service de sécurité incendie signale aussi plusieurs cas d'intoxication au monoxyde de carbone.

Quatre personnes ont dû être transportées à l'hôpital à la suite de l'utilisation d'un barbecue dans un garage de la rue Bédard. À l'arrivée des secours, vers 2 h 30, un enfant a été trouvé inconscient, tandis que les trois autres occupants des lieux éprouvaient des maux de tête. L'air de la maison présentait un taux élevé de monoxyde de carbone. Les quatre personnes, deux adultes et deux enfants âgés de 11 et 13 ans, ont été transportées dans un centre hospitalier; on ne craint pas pour leur vie.

Les pompiers ont aussi dû amener à l'hôpital une famille composée d'une femme et de trois enfants, ainsi qu'un homme seul trouvé inconscient chez lui.

Ces intoxications surviennent lorsque des gens allument dans la maison des barbecues ou des poêles au propane pour se chauffer ou faire cuire des aliments, ou encore lorsqu'ils placent l'échappement d'une génératrice trop près de la maison, a précisé M. Gariépy.

Plusieurs lieux d'hébergement

Les autorités recommandent aux personnes qui ont besoin d'hébergement de se tourner d'abord vers leurs familles. Plusieurs municipalités rendent également disponibles des lieux où les gens peuvent trouver refuge.

Laval a ouvert deux centres communautaires pour accueillir les sinistrés, offrant notamment un accès à des douches et une possibilité de recharger les batteries des appareils électroniques, au 455, rue de Lausanne et au 6500, boulevard Arthur-Sauvé. La Société de transport de Laval offre gratuitement le transport vers ces refuges.

À Terrebonne, l’organisation de la Sécurité civile a ouvert un nouvel emplacement pour permettre aux citoyens de se réchauffer au 702, montée Masson. Les bureaux administratifs et les bibliothèques de la Ville sont fermés, mais le centre d'appels demeure ouvert.

La Municipalité de Sainte-Anne-des-Plaines, dont plus de 75 % de la population est touchée par des pannes, a décrété l'état d'urgence, a indiqué le maire Guy Carbonneau sur Twitter. Le Centre culturel offre repas et hébergement à ceux qui n'ont pas d'endroit où aller.

Les recommandations des autorités

  • Avoir un avertisseur de fumée fonctionnel
  • Éviter les sources de monoxyde de carbone
  • Utiliser des lampes de poche pour s'éclairer, plutôt que des bougies
  • Aviser son entourage lorsqu'on quitte sa maison
  • Laisser sa cour déverrouillée pour permettre aux monteurs de ligne de circuler

Des travailleurs des régions moins touchées en renfort

Des centaines de pannes ont été causées par des branches qui ont cédé sous le poids du verglas. Louis-Olivier Batty, porte-parole d'Hydro-Québec, précise que le travail d'élagage des arbres avait été bien réalisé au préalable.

« Le cocktail météo, on l'appréhendait, mais le phénomène a pris de l'ampleur », a affirmé pour sa part Cendrix Bouchard, conseiller stratégique en communication à Hydro-Québec, sur les ondes de RDI matin.

« On a enregistré, à certains endroits, 10 à 15 millimètres de verglas, combinés avec un corridor de vents. Donc, ça a vraiment traversé d'ouest en est la région des Basses-Laurentides, jusqu'au nord de Montréal. Et ce corridor-là a vraiment amené des chutes importantes d'arbres et de branches sur notre réseau », a-t-il affirmé.

Des monteurs de ligne sont venus du Vermont, de l'Estrie et de la Mauricie pour prêter main-forte à leurs collègues des régions les plus touchées par les pannes.

Quelles leçons Hydro-Québec a-t-elle tiré de la crise du verglas de 1998? La réponse dans ce reportage :

Verglas: les leçons de 1998

Du soleil et du froid

Selon Environnement Canada, les journées de mercredi et de jeudi s’annoncent ensoleillées, mais sans chaleur.

« Il n'y a pas beaucoup d'air chaud de disponible pour la région, admet le météorologue d'Environnement Canada Simon Legault. On ne verra pas [du temps] aussi chaud que les températures qu'on a connues en fin de semaine. »

M. Legault précise d'ailleurs que les gens ne doivent pas être surpris par cette météo en montagnes russes, puisque ces hauts et ces bas météorologiques sont la norme en cette saison.

« Le printemps, c'est ça : ça oscille entre de belles journées chaudes, des journées froides, des mélanges de précipitations, de la pluie... C'est un peu de tout, le printemps, avant que ça se décide franchement à être l'été », rappelle-t-il.

Avec les informations de La Presse canadienne

Grand Montréal

Conditions météorologiques