•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Israéliens se rendent aux urnes

Une femme portant le voile dépose son bulletin de vote dans l'urne, sous le regard d'un observateur.

Quelque 6,3 millions d'électeurs sont appelés à élire les 120 députés qui les représenteront à la Knesset.

Photo : Getty Images / Amir Levy

Radio-Canada

Plus de 6 millions d'électeurs sont appelés à se prononcer dans le cadre des élections législatives israéliennes qui doivent déterminer si le premier ministre Benyamin Nétanyahou pourra continuer à dominer la vie politique en Israël, ou si le novice Benny Gantz occupera le poste de chef du gouvernement.

Au total, près de 6,3 millions d'Israéliens sont invités à glisser un bulletin dans l'urne, afin d'élire les 120 députés qui les représenteront à la Knesset, le parlement israélien.

« Bibi », surnom donné à M. Nétanyahou, est en quelque sorte face à un référendum sur ses 10 dernières années au pouvoir. Il entame la journée comme favori des sondages, ceux-ci avantageant les partis qui forment la coalition qu'il dirige.

Entre autres engagements électoraux, le premier ministre sortant a promis d'annexer les plus que controversées colonies de peuplement en Cisjordanie occupée.

Le Likoud (droite), le parti dirigé par M. Nétanyahou, pourrait toutefois être battu par le « Bleu et blanc » (centre), une formation dirigée par le très populaire ex-général Benny Gantz.

Ce candidat de centre droit, qui en est à sa première campagne électorale, a promis mardi « une nouvelle ère » dans laquelle il « [s’]engage pour le bien des citoyens ».

« Je suis heureux de me mettre au service d’Israël », a-t-il déclaré aux journalistes rassemblés dans un bureau de vote, appelant à un vote « respectueux et paisible ».

Une tradition de coalitions

Depuis ses premières élections parlementaires en 1949, Israël n'a jamais eu de gouvernement majoritaire, ce qui a parfois mené à de longues tractations en vue de former une coalition gouvernementale.

Selon un coup de sonde du journal Yedioth Ahronoth publié vendredi, le parti de M. Gantz obtiendrait 30 sièges au Parlement, contre 26 pour le Likoud.

Du côté de la coalition de droite sous contrôle de M. Nétanyahou, on prévoit toutefois s'assurer d'une majorité relativement courte de 63 députés sur 120.

Quant au Parti travailliste, il céderait 8 des 18 sièges qu'il occupe actuellement.

Une fois les élections terminées, il reviendra au président, Reuven Rivlin, de demander à un parti de tenter de former le gouvernement. Le chef ainsi choisi disposera de 42 jours pour rallier ses adversaires à sa cause.

En coulisses, le parti Zehout de Moshe Feiglin, ex-Likoud, pourrait jouer les trouble-fêtes et détenir la balance du pouvoir. Le programme de cette formation est à la fois libéral et conservateur, avec une volonté de légaliser progressivement le cannabis, mais aussi un parti pris pour l'annexion des colonies, en plus d'« inciter » les Palestiniens à émigrer et de faire construire un troisième Temple à Jérusalem.

Plus de 400 000 juifs vivent dans des colonies illégales jamais reconnues par la communauté internationale, sous protection de l'armée.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Politique internationale

International