•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Un terrain à 1 $ pour la future centrale de police à place Fleur de Lys

    Un terrain à 1 $ pour la future centrale de police à place Fleur de Lys
    Olivier Lemieux

    Les nouveaux propriétaires de place Fleur de Lys, William et Jonathan Trudel, veulent « faire partie de la solution » pour permettre la construction de la nouvelle centrale de police à Québec. Les promoteurs sont même prêts à céder un terrain à la Ville pour la somme symbolique de 1 dollar.

    Les deux hommes d’affaires ne cachent pas que l’arrivée de plusieurs centaines de policiers représenterait une clientèle intéressante pour les commerces du secteur, mais William Trudel affirme aussi vouloir participer à la réalisation d’un ensemble important pour la communauté.

    « J’ai été moi-même policier pendant 20 ans, rappelle-t-il. Aujourd’hui, je suis en affaires et je me dis que je peux peut-être contribuer à la collectivité d’une autre façon. »

    William et Jonathan Trudel photographiés à l’intérieur du centre commercial Fleur de lys.William Trudel (à gauche) et son frère Jonathan, propriétaires de Trudel Alliance Photo : Radio-Canada / Carl Marchand

    Selon eux, les terrains entourant le centre commercial du secteur Vanier ont tout ce qu'il faut pour accueillir le complexe.

    « C’est amplement vaste pour un équipement régional de cette ampleur », s’enthousiasme William Trudel, avant de rappeler qu'à partir de 2020, place Fleur de Lys se transformera pour accueillir une variété d'ensembles domiciliaires.

    Le but? Diversifier la vocation de l’endroit pour compléter l’offre commerciale existante. Un hôtel est actuellement envisagé, tout comme un ensemble résidentiel, ou encore l’ajout d’espaces de bureaux.

    Le stationnement du centre commercial place Fleur de Lys, à QuébecLe stationnement du centre commercial place Fleur de Lys, à Québec Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

    C’est un immense site à redévelopper au cœur de la ville. Au total, ça représente plus de 2,5 millions de pieds carrés.

    William Trudel, chef de la direction, Trudel Alliance

    « On a déjà signalé à la Ville notre intérêt », admet M. Trudel. Pas question, cependant, de mettre de la pression sur les élus dans ce dossier.

    « Ce n’est pas à nous de demander ou de donner des échéanciers. Nous, on est seulement là pour dire qu’il existe une possibilité. »

    Des analyses « en cours »

    Le site choisi à l'origine à l'intersection du boulevard Pierre-Bertrand et de la rue des Rocailles, dans le secteur Lebourgneuf, s’est avéré trop petit pour accueillir les stationnements des policiers et des visiteurs. Son acquisition aura néanmoins coûté 2,6 millions de dollars aux contribuables.

    Depuis l’abandon de ce scénario, la Ville n’a pas encore arrêté son choix, mais le site de place Fleur de Lys fait partie de l'équation.

    « Toutes les options sont sur la table. Aucune décision n’a encore été prise », indique le conseiller Jérémie Ernould, responsable de la gestion des immeubles, qui répond aux questions sur le sujet en l'absence du maire Labeaume pour des raisons de santé.

    Une longue saga

    La relocalisation de la centrale de police du parc Victoria et de la Cour municipale en deux sites distincts devait au départ coûter 40,75 millions de dollars. À la suite de l’étude des besoins détaillés, la facture a grimpé à 72 millions de dollars.

    En décembre dernier, lors du dépôt du budget, la Ville de Québec a choisi de scinder le projet en deux. Un montant de 21,35 millions de dollars a été réservé en 2019 et 2020 pour aménager la cour dans l’édifice F.-X. Drolet, situé à l’intersection des rues Prince-Édouard et du Pont.

    Le redéploiement des policiers de la centrale du parc Victoria, jugée vétuste, a été repoussé à une date inconnue.

    Infrastructures

    Économie