•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections : Jason Kenney prêt à réduire les expéditions de pétrole vers la Colombie-Britannique

Jason Kenney devant son camion aux couleurs du Parti conservateur uni.
Le chef des conservateurs s'est rendu à Medecine Hat en ce 21e jour de campagne électorale. Photo: Radio-Canada / Helen Pike
Radio-Canada

Le chef du Parti conservateur uni (PCU) était de passage à Medicine Hat, dans le sud de l'Alberta, lundi, pour exposer à ses partisans le programme du PCU. Il a profité de son bain de foule pour déclarer que, s'il était élu le 16 avril, son parti serait disposé à adopter immédiatement le projet de loi 12 permettant à l'Alberta de « couper les robinets » vers la Colombie-Britannique.

Une foule de 300 sympathisants entassés sur le stationnement d’un immeuble vacant, brandissant des pancartes électorales, et scandant en choeur des slogans du PCU, l’attendait sur place.

Jason Kenney en a profité pour annoncer la première mesure de son gouvernement, s’il était élu à la tête de l'Alberta, sous forme d’avertissement envers la Colombie-Britannique.

« Si je deviens premier ministre, une heure après mon arrivée au pouvoir, mon gouvernement pourrait promulguer la loi permettant de fermer les robinets, et empêcher les exportations de pétrole en Colombie-Britannique », a-t-il dit.

« Nous en ferons une véritable loi, indiquant aux néo-démocrates de Victoria que s'ils bloquent notre énergie, nous sommes prêts à l'utiliser », a-t-il ajouté.

« Et, comme les prix de l'essence à Vancouver atteignent aujourd'hui 1,70 dollar par litre, il s'agit d'un très fort levier », a-t-il précisé.

Le chef du Parti conservateur uni fait référence au projet de loi 12, qui permettrait au gouvernement provincial de réduire les expéditions de pétrole vers la Colombie-Britannique.

Le projet de loi a été créé par le gouvernement néo-démocrate en 2018, à la suite d'un différend entre l'Alberta et la Colombie-Britannique, au sujet de l'agrandissement du pipeline Trans Mountain.

Elle donnerait à l'Alberta le pouvoir de décider de la quantité de carburant exportée vers son voisin.

Le projet de loi a obtenu la sanction royale en mai 2018, mais n’est pas entré en vigueur.

Jason Kenney serre les mains de ses partisansLe chef des conservateurs s'est rendu à Medecine Hat en ce 21e jour de campagne électorale. Photo : Radio-Canada / Helen Pike

Sous le gouvernement conservateur unifié, nous cesserons de nous excuser et nous défendrons cette province de manière concrète, a déclaré Jason Kenney.

Réaction de Rachel Notley

La chef du NPD, Rachel Notley, a contesté l'idée selon laquelle l'adoption du projet de loi serait une stratégie efficace ce printemps.

« Jason Kenney a besoin de conseils tactiques. Le projet de pipeline Trans Mountain est bloqué à cause du gouvernement conservateur [de l'ancien gouvernement fédéral] de Jason Kenney et du gouvernement libéral de Justin Trudeau. Le gouvernement fédéral doit maintenant corriger ces erreurs », a déclaré Rachel Notley dans un communiqué.

« Adopter le projet de loi 12, ce serait comme faire exploser un missile sur sa rampe de lancement », a-t-elle également averti.

Des opposants au rendez-vous

Sur un trottoir, derrière la foule, un petit groupe d’opposants s'était regroupé pour manifester.

Debout avec des pancartes qualifiant Jason Kenney d’escroc, ces manifestants sont issus du groupe Rainbow Medicine Hat mené par Calan Hart.

« Que les enfants LGBTQ qui voient leurs parents dans la foule [des conservateurs] sachent qu'il y a quelqu'un ici qui les acceptera », a-t-il scandé.

Composé de militants indépendants et de défenseurs qui se consacrent à répondre aux besoins de la communauté LGBTQ+ de Medicine Hat, ils ne sont pour le moment ni une association, ni un organisme de bienfaisance enregistré.

En cette 21e journée de campagne électorale, le chef du Parti conservateur uni a également prévu de se rendre à Sylvan Lake, dans le centre de l’Alberta, en fin d’après-midi pour y rencontrer ses partisans.

Notre dossier sur les élections provinciales 2019 en Alberta

Politique provinciale

Politique