•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Dr Mohammed Shamji plaide coupable du meurtre non prémédité de sa femme

Mohammed Shamji lors de son audience de libération sous caution.

Mohammed Shamji lors d'une audience en cour en 2017

Photo : Radio-Canada / Pam Davies

Radio-Canada

L'ex-neurochirurgien torontois Mohammed Shamji, qui était accusé du meurtre prémédité de son épouse Elana Fric, plaide coupable à une accusation réduite de meurtre non prémédité, alors que son procès devait s'ouvrir dans une semaine. Mme Fric avait rencontré l'accusé pendant ses études médicales à l'Université d'Ottawa.

En raison de sa reconnaissance de culpabilité pour meurtre, le Dr Shamji, 43 ans, écope automatiquement d'une peine de prison à vie. Il risque au mieux une libération conditionnelle dans 10 ans, au pire dans 25 ans.

Un verdict de culpabilité au terme d'un procès aurait mené à une peine de prison à vie sans droit de libération conditionnelle avant 25 ans. L'audience du Dr Shamji sur la détermination de la peine aura lieu les 8  et 9 mai.

Le corps de Mme Fric, qui était elle-même médecin, avait été trouvé dans une valise en décembre 2016 sous un viaduc près de la rivière Humber à Vaughan, en banlieue de Toronto. Son mari avait été arrêté un jour après la macabre découverte.

Elana Fric-Shamji pose souriante pour la photo.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Elana Fric-Shamji pratiquait la médecine familiale à Scarborough, en banlieue de Toronto. Elle était la mère de trois enfants.

Photo : Twitter

Les parents de la victime étaient satisfaits du plaidoyer de culpabilité de leur gendre de 43 ans. La mère d’Elana, Ana Fric, paraissait heureuse à la sortie du tribunal, puisqu’un procès aurait été éprouvant pour sa famille.

La seule justice serait de revoir ma fille en vie.

Ana Fric, mère de la victime

Selon un exposé conjoint des faits, le Dr Shamji a tué sa femme Elana dans une confrontation qui a lieu le 30 novembre 2016 dans la résidence familiale, parce qu’il n’acceptait pas le divorce.

Elle tentait depuis près de deux ans de le quitter, mais elle revenait toujours sur sa décison, parce qu’il s’inquiétait pour leurs trois enfants... Jusqu’au jour où elle a entamé une relation extra-conjugale avec un collègue.

On aperçoit a mère d'Elana, Ana Fric, au côté de l'avocate de la famille Fric au civil, Jean DeMarco, lors d'un point de presse impromptu à l'extérieur du tribunal.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La mère d'Elana, Ana Fric, au côté de l'avocate de la famille Fric au civil, Jean DeMarco (à gauche).

Photo : Radio-Canada / Paul St-Onge

Le couple était marié depuis 12 ans. Le mariage était instable et dysfonctionnel et marqué par des violences verbales, émotionnelles, voire physiques, peut-on lire dans l’énoncé.

Mohammed a frappé Elana à de multiples reprises, il l’a blessée un peu partout sur son corps, y compris au cou et dans les côtes qu’il a brisées, avant de l’étrangler, indique le document de deux pages.

Les trois enfants du couple, âgés de 3 ans, 8 ans et 11 ans, étaient alors endormis.

Vêtu d’un costume gris et d’une chemise bleue sans cravate, le Dr Shamji a admis les faits, le visage sombre dans le box des accusés, en cour à Toronto, lundi.

Dans les jours suivant le meurtre, Mohammed a continué à suivre sa routine, selon l'énoncé conjoint des faits. Il a même participé à des interventions chirurgicales le lendemain du meurtre.

Leurs deux enfants les plus vieux étaient en cour, lundi. C’était la première fois qu’ils voyaient leur père depuis son arrestation en 2016.

On aperçoit le Dr Shamji lors de sa première comparution au palais de justice de Toronto le 3 décembre 2016. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le Dr Shamji, dans le box des accusés, lors de sa première comparution au palais de justice de Toronto le 3 décembre 2016.

Photo : Radio-Canada / Pam Davies

La famille Fric poursuit les Shamji au civil. Son avocate, Jean deMarco, explique que [s]es clients étaient dans une position intenable, parce que leur petite-fille aînée était devenue un témoin-clef de la Couronne.

La fillette de 11 ans avait en effet entendu à travers les murs, le soir du meurtre, les coups que son père avait portés à sa mère, puis les cris de cette dernière, puis le silence.

Elle était entrée dans leur chambre, mais son père lui avait ordonné d'aller se recoucher. Il avait déjà caché le corps de son épouse dans une valise. Il sera arrêté deux jours plus tard dans un café par des agents en civil.

L’affaire a bouleversé la communauté médicale en Ontario. La Dre Fric était bien connue dans le milieu, notamment pour son rôle au sein de l’Association médicale de l’Ontario.

Le Dr Shamji, qui affichait un parcours professionnel sans faute, était lui aussi bien en vue dans le milieu.

Avec des renseignements fournis par Jean-Philippe Nadeau

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.