•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La ministre de la Santé est d'accord avec les infirmières sur les heures supplémentaires

Les infirmiers et infirmières de la FIQ font pression sur le gouvernement de la CAQ, lundi, en refusant les heures supplémentaires obligatoires.

Les infirmiers et infirmières de la FIQ font pression sur le gouvernement de la CAQ, lundi, en refusant les heures supplémentaires obligatoires.

Photo : Radio-Canada

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le réseau de la santé est capable de fonctionner sans heures supplémentaires obligatoires (TSO), croit Danielle McCann. C'est ce qu'a dit la ministre de la Santé, lundi matin, en réaction à la stratégie des infirmières de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), qui ne prolongeront pas leurs heures de travail aujourd'hui afin de dénoncer la pratique du TSO.

« La journée d’aujourd’hui va faire la démonstration que c’est possible. Nos PDG et nos établissements veulent changer complètement cette situation. Ça ne se fait pas en deux jours, mais ça va se faire dans les prochaines semaines », a-t-elle déclaré, en marge de l'inauguration du Technopôle en réadaptation pédiatrique du CHU Sainte-Justine.

Voilà plusieurs mois que les infirmières du Québec décrient la surcharge de travail qu’elles vivent au quotidien dans leurs établissements de santé. Comme annoncé mardi dernier, elles refuseront aujourd'hui de faire des heures supplémentaires afin d'attirer l'attention sur leur sort.

Aujourd'hui, [...] c'est surtout pour servir un avertissement et un électrochoc aux gestionnaires. Le temps supplémentaire obligatoire, ça a assez duré, il faut que les énergies, les actions, les priorités soient mises pour faire en sorte que nos horaires soient faits avec rigueur et que l'on puisse avoir des journées normales de travail.

Une citation de : Nancy Bédard, présidente de la FIQ

Vendredi, la stratégie de la FIQ a fait l'objet d'une décision du Tribunal administratif du travail (TAT), qui a statué que les infirmières devront tout de même répondre aux demandes d’heures supplémentaires obligatoires aujourd'hui, si la situation le commande.

Le TAT estime que la grève « risque ou est susceptible de porter préjudice à un service auquel le public a droit », mais précise qu’elles n’y seront obligées que « lors de situations urgentes et exceptionnelles ». La décision a été saluée par la FIQ. « Ils [les employeurs] ne pourront utiliser le TSO pour pallier leur manque de planification », a déclaré vendredi Nancy Bédard.

Ce à quoi la ministre McCann a fait écho, lundi matin. « La décision [du TAT] est claire, on utilise le TSO dans des circonstances où il y a une urgence, où la santé et sécurité des patients peut être compromise. Ça ne devrait pas être une mesure habituelle et routinière », a-t-elle dit.

Le président du lobby des patients québécois est d’accord. « Il y a des risques, évidemment, si le TSO est la manière d’organiser les soins infirmiers. On a maintenant une ordonnance du tribunal qui dit qu’on ne devrait pas faire ça. Dans aucune organisation devrions-nous planifier l’organisation et la dispensation de services ou de soins par le temps supplémentaire », a dit Paul Brunet, PDG du Conseil pour la protection des malades, au micro de Midi info, lundi.

Il y a 1000 infirmières sans emploi au Québec, du moins selon l’Ordre des infirmières, qui a avancé ce chiffre pour la première fois en 2017, a rappellé M. Brunet. « Enfin, j’ai entendu les proches de la ministre dire qu’on allait aller les chercher. Il manque d’infirmières, mais il n’en manque pas, elles sont sans emploi », a-t-il tenu à souligner.

McCann veut régler le problème

« Je réaffirme que notre gouvernement s’est engagé à abolir le TSO dans notre mandat, a tenu à répéter la ministre, lundi matin. Nous voulons le diminuer le plus rapidement possible, nous avons investi 200 millions cette année pour aider à l’embauche de personnel en vue de diminuer le TSO. »

Mme McCann a insisté sur le fait que son ministère travaille « de pied ferme » avec la FIQ afin de trouver des solutions à ce problème. « J’ai confiance en les infirmières, a-t-elle lancé. Nous avons des mesures concrètes en voie d’être implantées. »

Elle a notamment donné l'exemple des établissements de santé dans Lanaudière, « qui ont un plan complet de rehaussement de postes à quatre jours semaine pour l’ensemble des infirmières ».

Avec des embauches d’infirmières auxiliaires et des rehaussements pour tous les postes, a-t-elle affirmé, « il y a moyen de faire quelque chose à travers le réseau à moyen terme ».

Quand le journaliste Davide Gentile, de Radio-Canada, lui a indiqué que plusieurs infirmières disent à micro fermé qu’elles ne déposeront pas leur candidature pour les postes ouverts puisqu'elles disent craindre d’être prises dans l’engrenage du TSO, la ministre s'est montrée confiante. « [Le changement] ne se fera pas en deux jours, mais ça va se faire dans les prochaines semaines », a-t-elle dit au sujet des mesures comme celles de Lanaudière.

Pour la présidente de la FIQ, une des raisons qui ont mené à l'utilisation massive du TSO par les gestionnaires du réseau est la fusion d'établissements de santé au cours des dernières années.

« Il y a de moins en moins de gestionnaires pour travailler, ce qui fait en sorte que lorsque les horaires sortent, personne ne regarde ce qui se passe, et à la dernière minute, on se rend compte qu'il manque des gens », a indiqué Nancy Bédard, lundi matin.

« On travaille avec la FIQ, a pour sa part répété à maintes reprises la ministre. On veut protéger la santé-sécurité des patients. Nous voulons vraiment améliorer le réseau, qu’il y aille plus de gens qui viennent travailler dans le réseau. »

La FIQ représente quelque 76 000 infirmières, infirmières auxiliaires et autres.

Avec la collaboration d'Alexis Gacon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !