•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bonnardel rencontre l'industrie du taxi, qui n'exclut pas d'autres moyens de pression

Des chauffeurs de taxis ont manifesté vendredi devant les bureaux du ministère des Transports, sur le boulevard René-Lévesque Ouest, à Montréal.

Des chauffeurs de taxis ont manifesté vendredi devant les bureaux du ministère des Transports, sur le boulevard René-Lévesque Ouest, à Montréal.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

François Bonnardel assure que sa rencontre avec les représentatns de l'industrie du taxi, lundi matin, a été productive. L'industrie maintient toutefois la pression et n'exclut pas de nouveaux moyens de pression, notamment une visite à l'Assemblée nationale.

« J’ai eu une rencontre productive ce matin avec des représentants de l’industrie du taxi. Au cours des prochaines semaines, nous poursuivrons nos échanges afin d’assurer la vitalité de cette industrie », a écrit le ministre des Transports, lundi midi, sur Twitter.

La rencontre, une initiative de M. Bonnardel, s'est tenue dans les bureaux montréalais du ministère. Les deux parties sont toujours aux antipodes, mais elles ne sont pas rentrées au cœur du litige aujourd’hui.

Elles ont plutôt établi les points à débattre lors des rencontres subséquentes, qui auront lieu au cours des prochaines semaines et qui mèneront à la présence des acteurs de l'industrie en commission parlementaire, au mois de mai (Nouvelle fenêtre). Le ministère des Transports a par ailleurs indiqué que les auditions devant la commission des transports et de l'environnement s'amorcent mercredi.

Sur le fond, rien n'a changé grâce à cette rencontre, a expliqué Félix Tremblay, porte-parole de l'industrie. Les chauffeurs et les détenteurs de permis n'ont pas été rassurés quant à l'abolition des quotas de permis ou par rapport à leurs pertes de revenus.

M. Tremblay a indiqué que les acteurs de l'industrie n'ont pas l'intention de mettre fin à leurs moyens de pression, et qu'ils songent à se rendre à l'Assemblée nationale, mercredi, pour le début des auditions en commission parlementaire.

Présent à la rencontre, Kamal Sabbah, du Regroupement des travailleurs autonomes Métallos, a indiqué qu'il était prêt à faire certaines concessions, mais pas à n'importe quel prix.

« Il y a des choses qu’on peut négocier, et il y a des choses qu’on ne peut pas négocier. On ne peut pas juste se vendre gratuitement. On n’est pas ici pour demander de l’argent. On n’est pas ici pour laisser tomber notre industrie. On est ici pour voir s’il y a une porte de sortie qui convient à tout le monde », a-t-il déclaré.

Kamal Sabbah, directeur politique et relations publiques du Regroupement des travailleurs autonomes Métallos. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Kamal Sabbah, directeur politique et relations publiques du Regroupement des travailleurs autonomes Métallos.

Photo : Radio-Canada

Un projet de loi qui remue

L'invitation du ministre Bonnardel, tombée dimanche, est intervenue au terme d’une semaine mouvementée, au cours de laquelle des contingents de taxi ont défilé, de Montréal à Saguenay, afin de dénoncer un projet de loi qui les mènera, estiment-ils, à la faillite.

S’il assure vouloir moderniser l’industrie sans pour autant nuire à certains de ses membres, le gouvernement caquiste n’a pas encore réussi à rassurer les propriétaires et chauffeurs de taxi.

Malgré les appels au dialogue et les 500 millions de dollars promis pour dédommager les détenteurs de permis, des porte-parole de l’industrie persistent à accuser la CAQ d’agir comme lobbyiste pour la compagnie Uber, qui profitera de ce projet de loi.

C’est que les manifestations et l’appel à l’aide d’un propriétaire de permis en direct sur un plateau de télévision n’ont fait fléchir ni François Bonnardel ni le premier ministre du Québec, François Legault, qui estiment qu’un retour en arrière n’est pas compatible avec la modernisation de l’industrie.

Le projet prévoit une forte déréglementation de l'industrie du taxi et une régularisation des activités d'Uber ou d'entreprises similaires.

Avec les informations de Valerie-Micaela Bain et d'Alex Boissonneault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !