•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaire SNC-Lavalin : Scheer défie Trudeau de le poursuivre pour diffamation

Affaire SNC-Lavalin : Scheer défie Trudeau de le poursuivre pour diffamation
Radio-Canada

Andrew Scheer défie Justin Trudeau de donner suite à sa menace de le poursuivre pour avoir affirmé que le premier ministre s'était ingéré dans les procédures judiciaires contre la firme d'ingénierie montréalaise SNC-Lavalin.

Le chef du Parti conservateur du Canada a dévoilé dimanche une lettre qui lui a été transmise le 31 mars dernier par l'avocat du premier ministre, Julian Porter, menaçant de le poursuivre pour diffamation.

M. Scheer y voit une « tactique d'intimidation » visant à faire taire les conservateurs qui réclament une enquête indépendante, de même qu'une « tentative flagrante » de l'empêcher de remplir son devoir de chef de l'opposition.

« Voilà ce que fait Justin Trudeau quand on lui tient tête. Il nous menace », a-t-il lancé en conférence de presse, dimanche.

La lettre de Julian Porter accuse M. Scheer d'avoir publié un communiqué diffamatoire, le 29 mars, dans lequel il détaillait son opinion sur la controverse entourant SNC-Lavalin et l'ancienne ministre de la Justice, Jody Wilson-Raybould.

Le communiqué de M. Scheer contient des commentaires « très diffamatoires » à l’égard de Justin Trudeau ainsi qu’à l’égard de son occupation de premier ministre, et dépasse le cadre d'un débat équitable, selon la mise en demeure.

Andrew Scheer exhorte donc le premier ministre à aller de l’avant avec la poursuite, « afin que les Canadiens obtiennent enfin les réponses qu'ils méritent au sujet du scandale de corruption de SNC-Lavalin ».

Je serai ravi de pouvoir soumettre M. Trudeau à un interrogatoire préalable le plus tôt possible. Je suis impatient que M. Trudeau présente sa preuve aux Canadiens sous serment dans le cadre d’une audience publique. Selon ce que j’entends, je suis sûr que les Canadiens seraient aussi favorables [à cette éventualité].

Andrew Scheer, chef du Parti conservateur du Canada

L'avocat de M. Scheer, Peter Downard, ne s'est pas fait prier, dimanche, pour décrire le « piège » que s'est lui-même tendu Justin Trudeau. « Si le premier ministre n'intente pas la poursuite avec laquelle il menace [mon client], M. Scheer conclura que le premier ministre a reconnu à juste titre que les déclarations de M. Scheer étaient appropriées et fondées sur la preuve devant le juge canadien », a-t-il écrit.

Le chef de l’opposition soutient aussi que le geste du premier ministre est « une tentative flagrante d’utiliser des menaces de poursuite en justice pour m’empêcher de remplir mon devoir constitutionnel de chef de l’opposition, de demander des comptes au gouvernement en place au nom de tous les Canadiens et Canadiennes ».

Il a spécifié dimanche qu'il maintenait toutes les critiques qu’il avait faites concernant la conduite de M. Trudeau, y compris celles mentionnées dans la lettre de son avocat, et a souligné qu’elles étaient toutes basées sur des faits établis par des comités parlementaires et étayés par des témoignages de Mme Wilson-Raybould.

Justin Trudeau « a tout fait ce qui était en son pouvoir pour empêcher que la vérité sorte sur le scandale de corruption impliquant SNC-Lavalin ». a-t-il répété.

Il a refusé la tenue d’une enquête publique, il a mis fin à deux enquêtes de comités parlementaires sur le scandale, il a changé sa version des faits, il a tenté de faire porter le blâme à d’autres et il a été forcé de battre en retraite avec de fausses excuses. Il a sali, puni et discrédité ceux qui ont tenté de lui tenir tête pour dire la vérité.

Andrew Scheer, chef de l'opposition

Les libéraux répliquent

Dans sa réplique écrite aux propos du chef de l’opposition, le bureau du premier ministre accuse Andrew Scheer et les conservateurs de faire « souvent » des déclarations fausses ou diffamatoires et soutient avoir « mis en garde [Andrew Scheer] que les déclarations complètement fausses et diffamatoires entraînent des conséquences ».

L’attaché de presse du premier ministre se garde de toute déclaration concernant l’affaire SNC-Lavalin et se limite plutôt à critiquer les conservateurs au sujet des priorités politiques qu'ils ont choisies.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique fédérale

Politique