•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une femme de La Malbaie accouche dans une voiture en route vers Québec

L'Hôpital de La Malbaie

L'Hôpital de La Malbaie a fermé son unité d'obstétrique pour la fin de semaine faute de personnel infirmier.

Photo : Radio-Canada / Hans Campbell

Angélique Lauzier, une jeune femme de La Malbaie, a dû accoucher dans une voiture après avoir enduré d'intenses contractions en route vers Québec, dans la nuit de jeudi à vendredi. Son conjoint, Jean-François Dandurand, revient sur « les deux plus longues heures » de sa vie.

Le couple charlevoisien a dû s'aventurer sur la route 138 en pleine nuit, conséquence d'une découverture en obstétrique à l'hôpital de La Malbaie.

Plutôt que d'accoucher près de la maison, les parents ont été redirigés vers l'hôpital Saint-François d'Assise, à Québec.

Depuis jeudi matin, l'hôpital de La Malbaie est sous un plan de contingence. Aucun accouchement ne peut y être réalisé jusqu'à mardi, faute de personnel infirmier suffisant.

Seuls dans la nuit

La jeune femme de 25 ans a commencé à avoir des contractions irrégulières mercredi, se souvient Jean-François Dandurand, avec qui Radio-Canada s'est entretenu au téléphone.

Les contractions se sont intensifiées le lendemain, si bien qu'elle s'est présentée à l'hôpital de La Malbaie en soirée.

Malgré le plan de contingence du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale, la femme enceinte a pu être évaluée par une infirmière qualifiée en obstétrique.

Bien que son cas n'a pas été jugé urgent, on lui a suggéré de prendre la route de Québec par mesure préventive. Ce qu'elle et son conjoint ont fait.

Jean-François Dandurand et Angélique Lauzier, avec leur bébé né dans leur voiture dans la nuit du 5 avrilAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jean-François Dandurand et Angélique Lauzier auraient aimé davantage de support lors de leur transfert de La Malbaie vers un hôpital de Québec.

Photo : Radio-Canada

« À partir du moment où on est parti, dès le pont de La Malbaie, ça s'est intensifié fois dix. C'était le début de son travail, je crois », raconte M. Dandurand.

À Saint-Hilarion, « elle ne se pouvait plus ». « Elle commençait déjà à avoir très très mal. Ça criait dans l'auto, ce n'était plus la même personne. »

Les intenses contractions se sont poursuivies pendant l'heure qui a suivie.

Au volant et sans escorte, le père de 27 ans devait, malgré toutes ces distractions, demeurer concentré sur la route.

« Sur la Côte-de-Beaupré, on a esquivé une carcasse de chevreuil in extremis », ajoute-t-il.

Ça a été un peu la cerise sur le gâteau. On a eu vraiment très peur. [...] Il faisait nuit, c'était dans un coin noir, on l'a vue à la dernière seconde.

Jean-François Dandurand

L'enfant est finalement né à la hauteur du parc de la Chute-Montmorency, à une dizaine de minutes de l'hôpital Saint-François d'Assise, où ils ont enfin été pris en charge.

Aprilia dans les bras de sa mère, Angélique LauzierAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La petite Aprilia a fait vivre de grandes émotions à ses parents. Heureusement, toute la famille est en bonne santé.

Photo : Radio-Canada

Dans ces derniers instants, le père n'avait aucune idée de l'état de santé du bébé ou de sa conjointe.

Cette « frayeur » s'est heureusement bien terminée. « C'est quand même une belle histoire parce que, au final, tout s'est bien passé. »

La famille a eu son congé de l'hôpital samedi.

Un accompagnement?

Reste que la famille a vécu un stress qu'elle aurait préféré éviter. « La découverte en obstétrique, je peux comprendre ça, le manque d'employés, dit Jean-François Dandurand. Ce que je reproche, c'est un peu de ne pas avoir eu plus de support. »

À 3 h du matin, on avait pas dormi encore. Se faire envoyer sur la route, faire deux heures de route, il me semble que ce n'est pas le choix le plus judicieux à faire.

Jean-François Dandurand

Le couple aurait souhaité à tout le moins être accompagné jusqu'à Québec. « Pas forcément en ambulance, mais qu'il y ait quelqu'un pour nous assister. »

Manque de personnel

Le CIUSSS a défendu sa procédure. L'établissement a assuré qu'aucun élément ne laissait présager un accouchement « imminent » dans le cas de cette mère de famille.

« Quand on ne prévoit pas d'accouchement dans un court délai, à ce moment-là la personne peut être dirigée vers Québec par ses propres moyens. C'est fait vraiment après une concertation avec le médecin obstétricien de l'hôpital Saint-François-d'Assise », explique Sylvie Bonneau, directrice des soins infirmiers au CIUSSS de la Capitale-Nationale.

Cette dernière assure que la « procédure a été suivie de manière exemplaire » et estime qu'une telle situation aurait pu se produire, nonobstant le plan de contingence.

C'était vraiment un événement inattendu.

Sylvie Bonneau, directrice des soins infirmieres au CIUSSS de la Capitale-Nationale

Mme Bonneau a martelé que la procédure actuelle était la bonne dans les circonstances.

La députée préoccupée

La députée caquiste de Charlevoix–Côte-de-Beaupré, Émilie Foster, s'est dite préoccupée par la situation de découverture à l'hôpital de La Malbaie.

« La découverture en obstétrique à l’Hôpital de La Malbaie est regrettable. Je suis en contact constant avec la ministre de la Santé, son cabinet et le CIUSSS de la Capitale-Nationale, qui sont à pied d’œuvre pour trouver une solution », a-t-elle écrit sur sa page Facebook.

La Coalition avenir Québec a préféré ne pas commenter davantage, se limitant pour le moment aux propos de Mme Foster.

Avec la collaboration de Marie Maude Pontbriand

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !