•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Embouteiller de l'air frais des Rocheuses pour mieux... le vendre

Un avion de ligne survole les Rocheuses

Photo : Radio-Canada / Philippe Moulier

Radio-Canada

L'entreprise albertaine Vitality Air, qui vend de l'air frais des Rocheuses en bouteille depuis 2015, espère étendre sa distribution en Chine et en Inde, les pays les plus peuplés – et parmi les plus pollués – du monde.

« Une fois que nous y serons, nous nous attendons à des ventes de plusieurs millions de dollars », déclare Moses Lam, qui a créé l’entreprise avec son collègue Troy Paquette.

L’entreprise réalise actuellement 300 000 $ en chiffre d’affaires annuel. Elle capte de l’air frais, la comprime et la commercialise dans des canettes munies d’un masque.

Une bouteille de Banff Air se vend par exemple 32 $, en ligne ou en magasin. Elle offre environ 160 respirations d’une seconde. Les packs de deux sont moins chers à l'unité.

Troy Paquette marche dans la neige et installe un tube en montagne pour aspirer l'air qui est ensuite envoyé dans une canette que Moses Lam utilise en plaçant un masque sur son visage.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Troy Paquette installe un tube pour aspirer l'air qui est ensuite placé dans une bouteille que Moses Lam utilise (en bas à droite).

Photo : Radio-Canada / Louise Moquin

« Nous ciblons les endroits qui ont beaucoup de pollution atmosphérique, dit M. Lam. En Chine, nous avons des PDG de grosses entreprises qui achètent nos produits, car ils veulent respirer de l’air frais pour travailler plus fort et plus longtemps ».

L’air est aspiré directement des montagnes de l’Alberta. Il passe à travers de gros tubes avant de se retrouver dans un compresseur installé à l’arrière d’un camion.

Sa qualité est vérifiée avant d’être répartie dans des bouteilles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Économie