•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 2000 policiers de Toronto seront munis de caméras corporelles

Zoom sur la caméra, plus petite qu'un téléphone cellulaire, sur le gilet d'un policier.
Les caméras ont un système manuel qui doit être enclenché par les agents. Photo: Radio-Canada
Myriam Eddahia

Dès décembre, davantage d'agents de première ligne de la police de Toronto porteront une caméra corporelle. En tout, près de 2000 policiers porteront cette caméra sur le terrain.

La police de Toronto va de l'avant après avoir mené un projet pilote de presque un an, de mai 2015 à mars 2016. Le déploiement se fera de façon progressive et pourrait prendre de sept mois à deux ans.

Un appel d'offres pour l'achat des caméras corporelles sera lancé le 18 avril, selon le surintendant de la police de Toronto, Mike Barsky.

Le Bureau du commissaire à l’équité sera également inclus dans le processus.

En 2016, le coût du projet était estimé à 85 millions de dollars sur 10 ans. Le coût est désormais évalué à entre 40 millions et 45 millions de dollars.

Mike Barsky explique que les avancées technologiques permettent de sabrer les coûts de moitié. Les images des caméras corporelles seront archivées dans le nuage, ce fameux cloud, là où sont stockées des données numériques.

À la suite de nos consultations, nous avons confiance que la sécurité [de ces données] ne sera pas mise en danger, assure M. Barsky.

Le rapport suivant le projet pilote avançait que 95 % des résidents et 85 % des policiers approuvaient l'utilisation des caméras corporelles.

Le syndicat des policiers ne s'oppose pas à l'initiative, mais croit plutôt qu'il devrait y avoir un plus grand nombre d'agents sur le terrain.

Selon le président de l'Association des policiers de Toronto, Mike McCormack, les fonds devraient être destinés à l'embauche.

La police de Toronto organise des ateliers pour sonder le public sur la mise en place des caméras corporelles sur les policiers. L'objectif est de soulever les inquiétudes du public et d'encourager les participants à trouver des solutions.

Selon Veronica Stephen, une des participantes, c'est bien que cette technologie soit à la disposition des policiers, mais il faut l'utiliser adéquatement.

La résidente de Toronto craint que les enregistrements soient manipulés pour changer le cours des événements.

Selon la police de Toronto, l'objectif de la mise en place de ces caméras corporelles est d'accroître le sentiment de sécurité des citoyens et d'avoir de meilleures preuves vidéo lors d'interventions.

Toronto

Forces de l'ordre