•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le litre d'essence pourrait coûter 15 ¢ de plus d'ici quelques mois

Québec réclame de l'Office national de l'énergie une modification de la méthode de calcul du prix de l'essence à la pompe.

Photo : Radio-Canada/Simon-Marc Charron

Radio-Canada

Le prix de l'essence à la pompe pourrait augmenter de 10 à 15 cents le litre d'ici la fin de l'été, en raison de l'augmentation des cours du pétrole à l'échelle mondiale et de la plus forte demande de diesel, selon des analyses.

Une hausse de 5 ¢ le litre attribuable à la transition de la saison hivernale à la saison estivale est à prévoir dans l’est du pays dès la semaine prochaine, croit Dan McTeague, analyste senior du secteur pétrolier à GasBuddy.

La baisse des stocks sur le marché mondial et la forte demande de carburant diesel entraîneront une augmentation pouvant aller jusqu’à 10 ¢ le litre d’ici la fin de l’été, affirme pour sa part Susan Bell, analyste du secteur pétrolier à ISH Markit.

Cette hausse des prix s’explique par des facteurs internationaux, selon elle. Elle cite par exemple la nouvelle réglementation concernant la teneur en soufre du carburant des navires que l'Organisation maritime internationale introduira en 2020. Le plafond de soufre passera de 3,5 à 0,5 %, ce qui poussera les navires qui utilisent du carburant de basse qualité à se tourner vers le diesel et augmentera de facto la demande de pétrole brut.

Les sanctions américaines contre l’Iran et le Venezuela contribueront également à l’augmentation des prix, souligne Mme Bell.

Incidence de la taxe carbone

En Saskatchewan, au Manitoba, en Ontario et au Nouveau-Brunswick, les automobilistes n'ont encore rien vu, prévient Dan McTeague.

Dans ces provinces, le prix à la pompe a augmenté de 4,4 ¢ le litre lundi, date de la mise en vigueur de la tarification sur le carbone imposée par Ottawa.

À cela s’ajoutera une hausse des prix d'au moins 12,5 ¢ le litre au cours des trois prochaines années, prévoit l’analyste.

« La taxe carbone vient d'une décision politique et non économique; elle est donc appelée à rester en place, et les prix continueront à augmenter au fil des ans », explique-t-il.

De son côté, Susan Bell affirme que l’incidence de la taxe carbone sur le prix de l'essence sera relativement faible par rapport aux fluctuations du marché du pétrole.

« Sur un seul remplissage [d'essence] de 60 litres, la taxe sur le carbone est inférieure à 3 $. L'impact global est donc relativement faible », estime-t-elle.

Quant à elle, l’augmentation de 10 ¢ le litre attribuable à la fluctuation des marchés coûtera au consommateur 6 $ de plus par plein, soit environ 200 $ par an, explique-t-elle.

Avec les informations de CBC

Consommation

Économie