•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un prix littéraire pour la journaliste Mélyssa Gagnon

Mélyssa Gagnon et Daniel Marquis, attaché politique de François Tremblay, député de Dubuc.
La journaliste Melyssa Gagnon a remporté le premier prix dans la catégorie adulte. Photo: Samuel Gosselin
Julie Larouche

La 24e édition des Prix littéraires Damase-Potvin, qui se tenait vendredi soir à La Baie, a reconnu la qualité de l'écriture de Mélyssa Gagnon, de Marie-Christine Bernard et de Camille Galard.

Plus d'une quarantaine de personnes du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont soumis un texte au concours de nouvelles sous le thème « 4 heures sur le quai ».

Avec un texte intitulé Poppy, la journaliste de Radio-Canada Mélyssa Gagnon a remporté le premier prix dans la catégorie adulte.

Selon le jury, il s'agit d'une nouvelle tissée à la perfection, faite d'échos divers, d'images puissantes, de superpositions de temps et de destins, écrite dans un style riche et soutenu, rythmé et plein d'invention. Poppy est un cri de colère d'autant plus puissant qu'il est proféré dans une forme narrativement et littéralement très maîtrisée.

Chaque année, on est étonné par la qualité des textes et par l'envergure que ça prend.

André Girard, président d'honneur des Prix littéraires Damase-Potvin

L'écrivaine Marie-Christine Bernard a raflé les grands honneurs dans la catégorie professionnelle, avec une oeuvre qui a séduit le jury. Dès le début, le lecteur est pris par l'intensité de ce regard d'enfant fixé sur les aiguilles et sur l'attente un peu mystérieuse qu'elles symbolisent [...] Les aiguilles, un grand texte, tout en subtilité, qui suscite l'émotion en finesse sans jamais tomber dans la facilité, et avance par petites touches vers l'inéluctable.

Camille Galard a pour sa part obtenu le premier prix dans la catégorie jeune adulte pour son texte intitulé Trous. En peu de mots, l'auteure offre un univers grave, avec de beaux effets de style et de construction. Elle manifeste un talent certain qui pourrait se déployer dans un projet d'écriture plus vaste, a relevé le jury.

Le président d'honneur, André Girard, est très fier de cette cuvée.

L'écrivain baieriverain, qui est aussi le cofondateur des Prix littéraires Damase-Potvin, souligne la persévérance de l'organisation qui a su assurer la pérennité du concours.

Quand on a commencé en 1994 avec le Café jeunesse de La Baie, on était loin de se douter que le prix allait continuer une vingtaine d'années plus tard. Au fil des années, ça a pris de l'ampleur et de l'importance, souligne André Girard.

Toutes les nouvelles des lauréats seront publiées dans la revue de création littéraire La Bonante de l'Université du Québec à Chicoutimi.

Les textes se retrouvent également en ligne sur le site : www.damase-potvin.com (Nouvelle fenêtre)

Saguenay–Lac-St-Jean

Livres