•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La résilience des enfants autochtones se mêle à l'art au Musée de Vancouver

Un dessin d'enfant orange composé d'un cimetière.

L'une des oeuvres présentées à l'exposition There is Truth Here.

Photo : Musée de Vancouver

Radio-Canada

Une nouvelle exposition présentée au Musée de Vancouver (MOV) témoigne de la réalité et des blessures que les enfants ont vécues dans les pensionnats autochtones.

Un texte d'Hélène Bardeau

Elle présente des peintures, des dessins et des extraits sonores créés par des enfants autochtones de quatre pensionnats : la Inkameep Day School (Osoyoos), la St Michael’s Indian Residential School (Alert Bay), la Alberni Indian Residential School (île de Vancouver) et la Mackay Indian Residential School (Manitoba).

Intitulée There is Truth Here, l'exposition, l'exposition est un projet de longue haleine que la conservatrice et professeure d'anthropologie à l’Université de Victoria, Andrea Walsh, a mis en place.

La conservatrice des Collections autochtones au MOV, Sharon Fortney, raconte ne pas avoir voulu présenter les « choses terribles qui se sont passées dans ces écoles », mais a souhaité mettre l’accent sur la créativité des enfants.

Il s’agit ici de jeunes enfants qui ont été emmenés de chez eux et dont beaucoup de leurs œuvres sont des souvenirs de leur foyer ou des membres de leur famille qui leur manquent.

Sharon Fortney, conservatrice des Collections Autochtones au Musée de Vancouver

L'exposition « There is Truth Here » au musée de Vancouver jusqu'en janvier 2020

Sharon Fortney espère que There is Truth Here pousse les gens à réfléchir sur l’héritage autochtone, mais aussi sur les conséquences de la politique d'assimilation des pensionnats.

Nous ne sommes donc pas ici pour inciter les gens à se sentir coupables ni mal, mais nous sommes ici pour éduquer, dit-elle.

Une émotion intense

Parmi les nombreuses oeuvres présentées, on retrouve celle de Mark Atleo. Pour ce rescapé de la Alberni Indian Residential School, l’émotion de voir sa peinture aujourd’hui exposée est lourde.

L’histoire de cette peinture, c’est celle de ma vie et il y a beaucoup de noirceur dedans.

Mark Atleo, ancien élève dans un pensionnaire autochtone qui présente sa peinture
Un homme habillé d'un manteau rouge dans une salle au murs verts.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Mark Atleo, ancien élève d'un pensionnat autochtone, présente sa peinture.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

Pour M. Atleo, il est primordial de mettre en lumière ce qu’il s’est vraiment passé dans les pensionnats autochtones. « Je n’ai plus plus de partager mon histoire, de parler des blessures et de la peine que j’ai vécues dans les pensionnats, car le plus grand pourcentage de mes amis ne sont plus là pour le raconter », raconte-t-il.

L’exposition There is Truth Here est au Musée de Vancouver jusqu’en janvier 2020.

Sharon Fortney précise que le Musée de Vancouver travaille actuellement sur la traduction de l’exposition en français pour les visiteurs qui le souhaitent.

150 000 enfants

Entre la fin du 19e siècle et 1996, plus de 150 000 enfants autochtones ont été arrachés à leur famille et placés dans des pensionnats, pour la plupart sous l'égide de différentes communautés religieuses.

Quelque 3200 enfants y sont morts - pour la plupart avant 1940 - de diverses maladies, dont la tuberculose.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Arts visuels