•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Frédérick Gingras condamné à 19 ans de prison

Dessin de cour de Frédérick Gingras.

Frédérick Gingras est condamné à 19 ans de prison.

Photo : Dessin de cour

Radio-Canada

Frédérick Gingras, auteur d'une cavale meurtrière qui a fait deux victimes entre Pointe-aux-Trembles et Brossard, à la fin de l'année 2016, a écopé vendredi d'une peine de 19 ans de prison.

Lors du prononcé de la peine, la juge France Charbonneau s'est rendue à la suggestion commune de la Couronne et de la défense, et a ainsi condamné le meurtrier à passer près de deux décennies derrière les barreaux.

L'homme, qui souffre de schizophrénie, a également été qualifié de délinquant à « haut risque », ce qui signifie qu'il demeurera emprisonné dans un établissement de détention psychiatrique tant et aussi longtemps qu'il sera considéré comme un danger public.

Seul un juge de la Cour supérieure pourra retirer cette classification.

Selon la procureure de la Couronne, Catherine Perreault, s'il fallait effectivement tenir compte du fait que l'accusé « souffrira toute sa vie » d'une maladie mentale, « il faut s'assurer que le public soit protégé, pour éviter le plus possible que cette situation [ne] puisse se reproduire ».

De son côté, l'avocat de la défense, Kaven Morasse, s'est dit « très satisfait du dossier ». « Il faut savoir que M. Gingras [...] risquait la prison à vie » en raison des chefs d'accusation initiaux de meurtre prémédité.

« On s'assure que monsieur pourra bénéficier des meilleurs soins disponibles, de traitements de pointe; c'est vraiment ce que l'on cherchait. M. Gingras sait qu'il est malade; il souhaite être traité, il souhaite être aidé », a ajouté l'avocat, avant d'évoquer une « lueur d'espoir » pour son client.

« Est-ce que c'est quelque chose qui aurait pu être évitable? », s'est encore interrogé l'avocat. Selon ce dernier, des gestes auraient pu être posés préalablement pour éviter le drame qui a coûté la vie à deux personnes.

Frédérick Gingras était sous le coup de cinq chefs d'accusation, soit deux de meurtre au premier degré et trois de tentatives de meurtre.

Il a finalement plaidé coupable à trois chefs d'accusation réduits, soit deux accusations d'homicide involontaire et une accusation de voies de fait armées.

L'accusé a aussi reconnu les faits en ce qui concerne les deux autres chefs de tentative de meurtre, mais il n'en est pas tenu criminellement responsable, avait précisé son avocat, Kavin Morasse.

Grand Montréal

Procès et poursuites