•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tarification sociale : la STO demande l'appui de Québec après une année jugée positive

Une usagère de la Société de transport de l'Outaouais (STO) qui entre dans un autobus.

Une cliente de la Société de transport de l'Outaouais (STO)

Photo : Radio-Canada / Olivier Plante

Radio-Canada

Après une première année qualifiée de « mission accomplie » pour son programme de tarification sociale, la Société de transport de l'Outaouais (STO) demande maintenant l'appui financier de Québec pour étendre l'initiative.

La tarification sociale a été lancée le 1er janvier 2018. L'objectif est d'encourager les personnes à faible revenu à utiliser les services de transport en commun en leur proposant des tarifs réduits.

Le prix des titres selon les tarifs ÉCHO

  • Laissez-passer mensuel : 64 $
  • Passage unique : 2,60 $

Au total, 1856 personnes ont profité de ce programme. La majorité (63 %) de ces clients sont des bénéficiaires de l'aide sociale. Les autres sont des nouveaux arrivants (28 %) et des travailleurs sous le seuil du faible revenu (9 %).

Compte tenu de ce premier bilan positif, la STO souhaiterait pouvoir compter sur une contribution du gouvernement du Québec pour étendre le programme dans les années à venir.

À ce stade-ci, on veut s'assurer d'aller chercher une adhésion auprès de [Québec], on veut trouver des alliés, a-t-elle expliqué. On veut aussi trouver des alliés auprès d'autres sociétés de transport parce qu’on pense que si la tarification sociale c'est bénéfique à Gatineau, ça va l'être pour l'ensemble des sociétés de transport du Québec.

Des discussions officielles n'ont pas encore eu lieu avec Québec, mais Mme Nadeau croit que le gouvernement gagnerait à investir dans la mesure dite progressiste.

On est vraiment dans une mesure qui est au-delà du transport en commun. Nous sommes dans une mesure sociale.

Myriam Nadeau, présidente de la Société de transport de l'Outaouais

La Société de transport de l'Outaouais est la première et la seule société de transport au Québec à avoir adopté une tarification sociale. Les coûts de la première année du programme sont évalués à environ 100 000 $.

L'idée d'une tarification sociale se voulait une façon concrète de contribuer au développement social et économique de notre ville et de notre communauté. À la lumière des résultats, la STO peut affirmer que c'est mission accomplie, a déclaré la présidente de la STO, Myriam Nadeau.

Comparativement à 2017, les personnes abonnées au programme ÉCHO prennent davantage le transport en commun pour se déplacer, a-t-on remarqué. Les déplacements ont augmenté de 32 %.

La présidente de la Société de transport de l'Outaouais, Myriam Nadeau, répond aux questions d'une journaliste.

La présidente de la Société de transport de l'Outaouais, Myriam Nadeau.

Photo : Radio-Canada

Saraj Doriani, qui agit à titre d'intervenant à Accueil-Parrainage Outaouais, dit que le programme ÉCHO est rapidement devenu un outil indispensable pour les personnes qui font appel à son organisme.

Les premiers arrivants sont démunis, surtout les premières années. Ils doivent beaucoup se déplacer pour aller chercher des services sociaux. Ce tarif ÉCHO, ça les aide pour économiser un tout petit peu d'argent, se réjouissait-il.

Monique Beaudoin, du Regroupement des associations de personnes handicapées de l'Outaouais, estime que la tarification ÉCHO permet aux gens qui vivent avec un handicap de s'intégrer plus facilement dans la société. Toutefois, elle aimerait que le seuil de revenu pour être admissible au programme soit rendu public.

Avec la précarité d'emploi, il y a sûrement des gens qui seraient admissibles, mais nous, on ne le sait pas, a-t-elle fait valoir.

Avec les informations de Yasmine Mehdi

Ottawa-Gatineau

Transport en commun