•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire de Chambly démissionne

Denis Lavoie à l'hôtel de ville.

Le maire de Chambly, Denis Lavoie, a remis sa démission.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le maire de Chambly, Denis Lavoie, a remis sa démission.

Il a envoyé une lettre au greffier de la Ville dans laquelle il évoque des problèmes de santé et les recommandations de son médecin. Il se dit fier de ses réalisations.

Sa démission entrera en vigueur le 7 mai. La Ville devra organiser des élections dans les quatre mois suivant cette date.

Le maire était en congé de maladie depuis novembre dernier en raison d’ennuis consécutifs à un cancer de la gorge qu’il avait combattu en 2009.

Le conseiller municipal Jean Roy avait été nommé maire suppléant en son absence.

L'administration de Denis Lavoie a été très critiquée, et la Municipalité a été mise sous tutelle le 27 février dernier au moment où l’Unité permanente anticorruption menait une série de perquisitions dans les locaux de la Ville.

La Municipalité est gérée jusqu'à nouvel ordre par la Commission municipale du Québec (CMQ), qui a entre autres suspendu certaines poursuites intentées par la Ville contre des citoyens.

La CMQ a aussi suspendu les cartes de crédit du maire, du directeur général, Michel Larose, et de la directrice générale adjointe, Annie Nepton, en raison d'une utilisation inappropriée de ces cartes.

Boycottage du conseil municipal

La crise qui plombe cette municipalité de la Montérégie n'est toujours pas résorbée. La séance du conseil municipal de mardi dernier a dû être reportée au lendemain, car les trois conseillers de l'équipe du maire ne se sont pas présentés, pour dénoncer la tutelle. Jean Roy, Paula Rodrigues et Serge Gélinas ont répété le même manège mercredi soir, et la séance a été de nouveau reportée, cette fois au 8 avril.

La CMQ avait pourtant rappelé à l'ordre les trois conseillers d'Action Chambly mercredi. « La Commission rappelle que la participation aux séances du conseil est la première responsabilité des élus. La Loi en fait une obligation sanctionnable selon certaines conditions et circonstances précises », avait-elle écrit dans un communiqué.

Jeudi, les quatre conseillers de l'opposition, Alexandra Labbé et Mario Lambert, de Démocratie Chambly, et les indépendants Richard Tétreault et Luc Ricard ont déposé une plainte en éthique à la CMQ pour dénoncer ces gestes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Politique municipale