•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Meurtre de Rosalie Gagnon : la Couronne a encore des preuves à transmettre

Audrey Gagnon est escortée par un policier à la sortie de la centrale du parc Victoria.

Audrey Gagnon est accusée de meurtre au deuxième degré et d'outrage à un cadavre.

Photo : Radio-Canada

Yannick Bergeron

Près d'un an après le meurtre de la petite Rosalie Gagnon, 2 ans, à Québec, la Couronne n'a pas terminé de transmettre la preuve à la défense.

La mère de la victime, Audrey Gagnon, qui est accusée de meurtre au deuxième degré et d'outrage à un cadavre, était de retour au tribunal vendredi matin.

Présente pour cette brève audience, elle a vu l'avocate de la poursuite confirmer qu'elle allait transmettre d'autres éléments de preuve à la défense au cours de la prochaine semaine.

Il s'agit d'informations « qui étaient jusqu'ici privilégiées », a exposé au tribunal Me Mélanie Dufour, avocate du Directeur des poursuites criminelles et pénales.

Photo de Rosalie Gagnon fourni par le Service de police de la Ville de Québec. La fillette est assiste dans un siège d'auto. Elle porte un manteau rose.

Rosalie Gagnon, 2 ans, porterait souvent une tuque rose.

Photo : SPVQ

À la lumière du contenu de ces documents qui ne sont pas publics, pour le moment, l'avocat d’Audrey Gagnon, Me Marco Robert, a fait savoir qu'il aura peut-être des compléments de preuve à demander.

La cause a donc été fixée au 16 avril.

Québec

Procès et poursuites